Manifestation contre le racisme et les violences de la police : le Préfet l’avait interdite, les marcheurs ont battu le pavé quand même

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées ce samedi à Nice pour dénoncer le racisme et dire non aux violences policières.

Environ 2500 personnes (un peu plus de 1000 selon la police) ont défilé dans le calme contre le racisme et les violences policières. Beaucoup de jeunes, d’étudiants et de manifestants habituels à ce genre de marches protestataires.

Le problème, si problème il y a, est que la lecture du communiqué de la Préfecture faisait penser à une interdiction pour des raisons de sécurité sanitaire ; En fait, les marcheurs étaient plus de 10, une très grande partie ne portait pas le masque de protection et surtout il n’y avait aucune distanciation sociale.

De plus , une sorte de fraternisation est intervenue entre manifestants et forces de l’ordre avec un salut poing fermé ( "fist bump"). Par contre, aucun épisode de violence est à signaler et c’est tant mieux.

Au final, dans la confusion ambiante on a pas bien compris en honneur de qui - George Floyd de Minneapolis victime de la policiers locaux , le jeune banlieusard parisien Adame Traoré dont les circonstances du décès sont le sujet d’une enquête controversée et de suppositions diverses- et contre qui - le comportement supposé violent de la police française ?

Et encore quand on parle racisme il faudrait être plus clairs et circonstanciés : racisme de qui ? de la police française ?

Quand on manie des sujets si délicats il faudrait être plus attentifs pour éviter des généralisations vide de sens : écrire un slogan sur une pancarte c’est facile, hurler des slogans c’est facile aussi. Mais pour faire passer des messages il faut éviter les amalgames et surtout ne pas ouvrir la bouche pour juste faire entendre le son de sa voix.

Demain - bis repetita- on annonce une autre marché. Ce seront toujours les mêmes et pour les mêmes raisons ?

La Préfecture aurait - en principe- interdit la manifestation pour les mêmes raisons de celle d’ajourd’hui.

Comme l’on dit dans ces cas : ça rentre par un oreille et ça sort de l’autre ! Ainsi vont les choses de la vie !

Les deux élus qui s’étaient exprimés contre la manifestation et pour son interdiction- et pensaient avoir eu gain de cause après la lecture du communiqué de la Préfecture de vendredi soir- n’ont pas mâchés leur mots :

Eric Ciotti (LR) : Inadmissible, les manifestants bravent l’interdiction du Prefet en manifestant aujourd’hui dans les rues de Nice

Philippe Vardon (RN) : Honteux : à Nice la manif’ "interdite" a défilé !

Partager

Laisser un commentaire