Nice : Happening contre la captivité des cétacés et autres animaux

Ce week-end s'est tenu un happening au centre de Nice. Une action mise en place par le collectif citoyen GAC (Groupe Anti Captivité ) afin de sensibiliser aux conditions de vie et de détentions des cétacés, et autres animaux dans les delphinariums.

Dimanche après-midi, le soleil cognait place Masséna, mais cela n’a pas empêché les manifestants d’être présents pour participer au happening organisé par le collectif GAC. C’est donc une quarantaine de personnes, dont des membres de l’association One voice, qui sont restées statiques et silencieux de 15h à 17h, afin de dénoncer et d’informer sur la captivité des cétacés dans les parcs aquatiques tel que Marineland. « Non à la captivité », « trop c’est trop » ce sont des messages forts qui étaient inscrits sur les affiches. C’est aussi l’équivalent d’un cimetière marin qui a été mis en place par le groupe, avec des pancartes représentant des pierres tombales, comme par exemple, « Kay, 1979-1982, Capturé en milieu naturel ».

Une volonté d’informer les gens

« Notre but premier, c’est de mettre en lumière les conditions de vie et de captivité des cétacés, et autres animaux dans les delphinariums », nous explique Corinne Bouvot, fondatrice du GAC. Créé en 2017, le groupe a commencé par organiser une grande campagne anti-captivité à travers des stickers géants qu’ils collaient sur leur véhicule, c’est à partir de 2018 qu’ils débutent les manifestations sur le terrain. C’est donc à travers de nombreuses actions qu’ils tentent d’alarmer et d’informer sur la situation, car « la privation de liberté est source de grande souffrance pour les animaux sauvages, même s’ils sont nés en captivité », ajoute Corinne Bouvot. Mais également parce que "l’espérance de vie dans un parc est extrêmement réduite, il y a beaucoup de morts-nés, de fausses couches. Aucune orque n’a vécu plus de 35 ans dans le parc, alors que dans la nature ils peuvent vivre jusqu’à 80 ans ", continue la fondatrice du GAC.

De nombreuses manifestations

Une trentaine de manifestations ont été menées par le groupe Anti Captivité. Devant le parc Marineland à Antibes, sur la promenade des Anglais à Nice, ou encore sur la place Masséna. Des événements qui rassemblement beaucoup de monde. C’est le cas lors de la manifestation organisée par le groupe, qui s’est déroulée mi-août, devant le parc. 114 associations locales, nationales et internationales étaient présentes ainsi que 255 militants. C’est l’été que se déroulent les plus grandes actions, devant Marineland, en partie pour sensibiliser les touristes "en général en juin, juillet et août on se positionne devant le parc, on est là pour interpeller les touristes qui sont le gros de la clientèle de Marineland", explique Corinne Bouvot.

Prochaine manifestation prévue le 11 octobre à 14h30, place Masséna.

Crédit photo : Jean-Marie Tramblais

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire