L’exposition "L’ Image qui revient " d’Alain Fleischer au Théâtre de la Photographie

L’IMAGE QUI REVIENT

ALAIN FLEISCHER

Dans le cadre du centième anniversaire des Studios de la Victorine, les expositions culturelles niçoises gravitent autour du thème du cinéma. Ainsi le musée de la photographie Charles Nègre organise l’exposition des œuvres d’Alain Fleischer, un artiste aux plusieurs palettes. Il est en effet à la fois photographe, cinéaste et écrivain. L’artiste joue sur la différence entre la photo et le cinéma, entre une image figée et une image animée. Inventer du visible dit-il ! Une image en mouvement et une image arrêtée, deux conceptions de la photo. Le cinéma est –il une photo animée ?

L’artiste pose la question, se pose la question. Ce débat sur la nature de l’image est le fil conducteur de cette exposition. Expliquant son travail, ses motivations il nous explique : « L’essentiel c’est que ce soit émouvant, il n’y a pas de message, ce sont les choses de la vie. ».

Alain Fleischer à sa façon est un nostalgique de la photo argentique. En effet, explique-t-il, jadis on devait attendre le tirage, l’angoisse d’une photo ratée. Aujourd’hui on sait immédiatement le résultat. Il n’y a plus la magie de la chimie des produits, des laboratoires. Si les techniques modernes offrent de nombreux avantages, elles manquent de cette attente, d’un rêve un peu infantile devant le développement de la pellicule. La photo est l’osmose réussie entre la technique et la poésie. Toujours cette nécessité d’être émouvant !

On pourrait résumer Alain Fleischer en trois mots : Beauté, Force, Imaginaire. Les photos exposées sont autant de poèmes, de scénarios et de livres. Alain Fleischer est aussi écrivain et même s’il dit que l’écrivain, le cinéaste et le photographe sont différents, il y a la même patine, la même profondeur. La beauté effleure chaque photos, chacune renferme une force, celle de l’âme et l’imaginaire est toujours présent.

Alain Fleischer est un magicien, il donne vie à des images pourtant figées et ça devient des films, l’image ainsi s’anime, le film se fige. Cette exposition se poursuit jusqu’au 29 septembre . Un été à ne pas bronzer idiot en venant admirer le travail et l’œuvre de cet artiste dont la photo et le cinéma sont les fils directeurs de cette exposition.

Thierry Jan

Renseignements : www.musee.photographie.nice.fr musee.photo@ville-nice.fr

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message