Bicentenaire de la mort de Napoléon : l’histoire d’une route mythique !

Le 5 mai 1821, il y a deux cent ans, disparaissait au beau milieu de l'océan Atlantique sur l'île de Sainte Hélène, celui qui fut le 1er empereur des français. Napoléon, puis Bonaparte qui a une histoire liée à la Côte d'Azur. Chassé de Corse avec sa famille, il vient à Nice pour quelques mois en 1793, il est officier de l'armée républicaine. C'est à Nice qu'il commence à se faire des relations. C'est à Nice que nous avons des trésors Napoléoniens, au musée La Villa Massena de Nice. La route Napoléon elle part de la Côte d'Azur. Juan Les Pins est d'ailleurs le point de départ de la marche de la reconquête. Un riche patrimoine culturel et de nombreux itinéraires de randonnée permettent aujourd’hui de suivre les traces de Napoléon et de découvrir une diversité de paysages azuréens. Des sites naturels d’exception, nichés entre mer et montagne. A découvrir , la mythique route Napoléon qui a laissé une empreinte historique sur la Côte d’Azur.

LE DÉBARQUEMENT DE NAPOLÉON À GOLFE-JUAN

Après avoir été contraint d’abdiquer, Napoléon Bonaparte, exilé sur l’île d’Elbe, n’a qu’un objectif : s’évader et renverser la monarchie de Louis XVIII. Accompagné de ses grenadiers, il débarque le 1er mars 1815 sur la plage de sable blond à Golfe-Juan. Sur le port, près de la digue, une stèle commémore cet événement. L’Empereur décide alors de regagner Grenoble par l’intérieur du pays pour éviter les troupes royalistes. Il entame alors sa reconquête du pouvoir, la route Napoléon est née, avec pour point de départ : la Côte d’Azur.

L’EMPEREUR POURSUIT SON ÉPOPÉE D’ANTIBES À CANNES

Napoléon rejoint Antibes, un choix qui n’est pas dû au hasard. L’Empereur y a séjourné avec sa famille et a une parfaite connaissance de la ville. Un hommage est rendu à sa Garde impériale à la chapelle Saint-Esprit. Ses soldats s’y sont en effet arrêtés pour reprendre des forces. A Cannes, la troupe fait une halte au pied de l’église Notre Dame de Bon Voyage pour faire le ravitaillement. Le lendemain matin, Napoléon et ses soldats partent vers le Nord, après une halte dans le village de Mouans-Sartoux.

A LA DÉCOUVERTE DE GRASSE ET D’ESCRAGNOLLES

Le paysage des montagnes s’offrent aux combattants lorsqu’ils se dirigent vers le plateau de Roccavignon en contournant Grasse. Au pied de l’immense lavoir du pays de la rose et du jasmin, place de la Foux, une stèle marque l’endroit où Napoléon et ses soldats font une pause. La marche triomphale vers la capitale se poursuit en sillonnant les chemins escarpés de Saint-Vallier-de-Thiey. Place de la libération, un banc de pierre où s’est assis l’Empereur trône fièrement sous le buste de ce dernier. L’Aigle et ses troupes remontent vers Escragnolles où apparaît encore aujourd’hui l’ancienne auberge Napoléon.

L’AIGLE S’ENVOLE VERS SÉRANON

Le voyage maralpin se termine au Col de Valferrière. A l’ouest, se trouve le village de Séranon où la route empruntée par Napoléon passe au pied de la chapelle de Gratemoine. Le château de Broundet, aujourd’hui en ruines, sert de dortoir à l’Empereur alors qu’il vient de traverser le département en une journée. Cette épopée le mène à Paris et lui permet de reprendre le pouvoir pendant la période des « cent jours », avant la défaite de la bataille de Waterloo et son exil sur l’île Sainte-Hélène.

*Des reconstitutions du débarquement à Golfe-Juan ont lieu chaque année par des passionnés.

source : le guide CotedAzurFrance !

Partager

Laisser un commentaire