Box-office : "Le pardon" de Behtash Sanaeeha et Maryam Moghaddam

Les metteurs en scène iraniens, avec audace et courage, n’en finissent pas d’évoquer la peine de mort dans leur pays. Le duo de réalisateurs Behtash Sanaeeha et Maryam Moghaddam, déjà auteurs d’un documentaire applaudi dans les festivals, « The Invincible Diplomacy of Mr Naderi », abordent également ce douloureux sujet dans « Le Pardon ».*

Les cinéastes y racontent l’histoire tragiquement exemplaire de Nina (incarnée par la coréalisatrice), une Iranienne d’aujourd’hui qui se débat dans d’innombrables difficultés morales et financières depuis que son mari a été exécuté suite à un crime qu’il n’avait pas commis. Décidée à réhabiliter la mémoire de feu son époux, l’héroïne mène une guerre de chaque instant contre la justice et la bureaucratie locales et entretient des rapports conflictuels avec sa famille. Une famille qui n’accepte pas de voir cette femme humble vivre seule et ne pas se soumettre aveuglément aux lois et us et coutumes de la République islamique iranienne.

Nina rencontre bientôt un homme mystérieux, qui prétend avoir été un ami proche du défunt, mais qui a joué un tout autre rôle dans le destin de ce dernier. En proie à une féroce culpabilité, cet homme dont le spectateur apprend peu à peu à connaître le métier, met tout en oeuvre pour aider Nina : recherche d’un nouveau logement, aide matérielle, soutien psychologique… L’héroïne n’est pas insensible à ce « sauveur », dont la générosité et le tempérament discret dissimulent de nombreuses zones d’ombre.

En décrivant les relations ambiguës entre ces deux personnages complexes et les violents dilemmes moraux auxquels ils sont confrontés, « Le Pardon », scénarisé et mis en scène avec une rigueur de chaque instant, radiographie les réalités sociales et judiciaires de l’Iran contemporain. Le film entraîne ainsi le spectateur dans une histoire intense et émouvante qui ne sacrifie jamais les singularités des protagonistes sur l’autel du « grand » sujet.

*Ce film, sans surprise, n’a pas reçu d’autorisation de diffusion en Iran.

Partager

Laisser un commentaire