Box-office : Les Jeunes Amants de Carine Tardieu

Dans un hôpital de Lyon, en décembre 2006, un jeune médecin, Pierre, essaie de trouver les mots de consolation pour Shauna dont la meilleure amie s’éteint.

Quinze ans plus tard, à la suite d’un congrès à Dublin, Georges, le fils de Mathilde, aussi ami et collègue de Pierre, l’entraîne dans la maison de Shauna. Architecte à la retraite, elle se partage entre l’Irlande et Paris. Entre Pierre et elle, la complicité est immédiate. Sous le charme de ce médecin si investi auprès de ses patientes, elle se raisonne : elle a bientôt 71 ans, lui 45 ans.

Les Jeunes Amants aurait dû être un film de Solveig Anspach (Hauts les cœurs, Lulu femme nue, L’Effet aquatique), mais sa mort en 2015, à 54 ans, l’a empêchée de tourner ce scénario inspiré de la vie de sa mère. Elle avait fait promettre à sa coscénariste Agnès de Sacy que le film existerait, réalisé par une femme. Sollicitée, Carine Tardieu (La Tête de maman, Ôtez-moi d’un doute) a récrit en partie l’histoire pour la tirer vers plus de lumière, plus d’humour qui, mélangés avec une certaine gravité, sont la marque de fabrique des deux réalisatrices.

Avec Les Jeunes Amants, elle signe une comédie romantique d’une immense délicatesse, de celles qui font battre le cœur au diapason des personnages, dotée d’une profondeur rare. Une différence d’âge peu commune (alors qu’elle semble si banale quand l’homme est plus âgé) se trouve au centre du récit, mais il touche à l’universel en évoquant l’absence de confiance en soi et l’incrédulité face à la possibilité d’être aimé.

Loin des héroïnes pleines de panache qu’elle a souvent interprétées, Fanny Ardant incarne avec une bouleversante réserve une femme flamboyante qui traverse l’existence sur la pointe des pieds . Avec une douce intensité, Melvil Poupaud émeut en homme marié qui tarde à reconnaître la passion en lui, mais s’y adonne ensuite entièrement sans craindre le regard de la société.

Il souffre en revanche de la douleur qu’il inflige à sa femme, d’abord cruellement ironique devant cet amour inattendu avant d’en comprendre l’importance (Cécile de France, formidable de force et de vulnérabilité mêlées). À Florence Loiret Caille revient le joli rôle de la fille de Shauna, interprète de la tendresse de Solveig Anspach pour sa mère.

Partager

Laisser un commentaire