Box-office : Made in Bangladesh de Rubaiyat Hossain

L’histoire de Made in Bangladesh est question de travailleuses exploitées qui découvrent la solidarité et se heurtent à toutes les difficultés possibles pour défendre leurs droits en se syndiquant. Et ce, dans une société patriarcale où s’exprimer en tant que femme est déjà un crime de lèse-autorité.

L’air est connu, oui, mais la chanson prend de nouvelles couleurs dès lors que Made in Bangladesh nous parle d’aujourd’hui, dans un contexte de mondialisation qui donne encore plus de poids au contexte du monde du travail, en particulier dans l’industrie textile, dans un pays symbole du sud-est asiatique.

Le fil narratif du film est simple mais très efficace avec une héroïne qui décide de ne plus se laisser faire et qui entraîne les autres autour d’elle. Conditions de travail dans l’atelier, difficultés avec un mari dont le pouvoir est sapé, tracasseries administratives de toutes sortes : le chemin est long et dangereux.

Made in Bangladesh, outre le réalisme de son récit, réussit parfaitement à lui donner un caractère romanesque, suscitant l’adhésion sans faille du spectateur. "Nous sommes des femmes. Fichues si l’on est mariée. Fichue si on ne l’est pas.", déclarent-elles !

Oui, mais aussi des combattantes qui veulent changer leur monde. Si seulement le message de Made in Bangladesh pouvait le faire avancer un peu le notre !

Le Bangladesh est un pays dont on parle peu malgré ses 160 millions d’habitants. L’industrie du textile fait travailler 4 millions de personnes dans ce pays et les exportations du textile représentent 80 % des exportations totales.

Partager

Laisser un commentaire