Box-office : Tre Piani de Nanni Moretti

Présenté à Cannes, Tre Piani est le dernier film de Nanni Moretti inspiré du roman israélien du même titre de Eshkol Nevo. Le film met en scène quatre familles habitant un même immeuble et dont les destins s’intriquent et s’entremêlent.

Tout commence par un accident tragique. Par une nuit tranquille en apparence, le fils de la première famille renverse en voiture une dame devant l’immeuble, sous les yeux de la mère de la deuxième famille et finit par s’empaler dans le mur du bureau de l’appartement en rez-de-chaussée de la troisième famille. Celle-ci compte sur ses voisins de palier, quatrième et dernière famille, pour prendre soin de leur fille unique le temps que les choses se calment.

Le film déroule ensuite les conséquences de cet accident à travers plusieurs intrigues parallèles partant chacune des événements de la nuit.

Les narrations s’alternent et s’entremêlent avec beaucoup de finesse pour poser progressivement des questions plus profondes : l’équilibre d’un couple dont le mari est souvent absent, la relation conflictuelle d’un père à son fils et d’une mère prise entre les deux, la question de l’adultère ou l’abus sexuel sur personnes mineures.

Le réalisateur réussit donc son pari de nous parler de la vie de cet immeuble sur une quinzaine d’années, comme si chaque immeuble de Rome recelait de telles intrigues. En somme, bien que très pessimiste sur les relations sociales par bien des aspects, Tre Piani donne une idée très claire des difficultés qu’il y a à fonder une famille.

Partager

Laisser un commentaire