La Fin du règne de la Cosa Nostra (9)

Cette fois la Mafia perd tout son crédit auprès du peuple de Sicile et d’Italie. Durant les obsèques, les politiciens sont conspués par des citoyens en colère jugeant que l’État est en partie fautif. Ils doivent quitter la cathédrale sous les sifflets. La révolte populaire va forcer le gouvernement à réagir. L’armée italienne formée de 7 000 soldats débarquent en Sicile. Sa mission est de libérer l’île de la mafia. En moins de 6 mois, Toto Riina est arrêté en plein centre de Palerme, où pendant ses 24 années de cavale il habitait tranquillement.

Riina récitait ce rôle d’homme simple, de paysan. Il le dit lui-même, se qualifiant ‘d’ignorant’. C’est une image qu’il joue, sa forme était sa violence, et sa gestion de l’organisation par la terreur. Cumulant plusieurs peines de prison à perpétuité, il est incarcéré au régime spécial des mafieux. Il est soumis à l’isolement et filmé 24h/24. Pourtant la fin est encore loin ; bras droit « du fauve », c’est Bernardo Provenzano qui prend désormais les rênes. Sa nouvelle stratégie est de redevenir ce que la mafia a toujours été, une pieuvre silencieuse qui s’insinue partout. Sous son règne débute la ‘Pax Mafiosa’. La priorité est donnée aux affaires, la violence disparaît de la rue. Un dossier épineux vient alors à la table de Provenzano : que faire des parrains s’étant exilés aux États-Unis à cause de son prédécesseur ?

Deux clans s’opposent dans la mafia sicilienne. D’un côté Salvatore Lo Piccolo (chef de Palerme), qui souhaite avec leur retour rétablir les trafics avec la mafia américaine. De l’autre Antonio Roloto qui craint une vague de vengeance et de représailles. Le chef de la pègre perd alors du crédit et n’est plus capable de gouverner. Peu de temps après le 27 avril 2006, le grand parrain Bernardo Provenzano est interpellé dans sa campagne de Corleone. Après 13 ans de règne, c’est un vieil homme de 73 ans qui se fait cueillir. Le pouvoir des Corleone est terminé.

Les exilés de New-York y voient une chance de retourner au pays pour reprendre leur place. Malheureusement pour eux, l’opération « Old Bridge » les empêchera de le revoir. Des deux côtés de l’Atlantique, les mêmes scènes d’arrestations dès le petit matin. Depuis les années 1980, cela constitue la plus grande opération menée conjointement contre la mafia Italo-Américaine.

Aujourd’hui les liens restent encore historiques, et existent encore, mais ils ne sont plus aussi forts qu’avant. Cosa Nostra n’a plus la même puissance qu’à son apogée. L’organisation est devenue très faible comparée à il y a 20 ou 30 ans. Il est impossible de savoir quels sont les liens réels entre Mafia sicilienne et américaine. La Cosa Nostra a toujours ses secrets. On peut toutefois affirmer que sans ses attaches étroites avec la pègre des plus grandes puissances mondiales, jamais la petite île de méditerranée n’aurait pu donner naissance à la plus redoutable organisation de crimes organisés de l’histoire.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire