TV : "Connectés" le premier film français sur le confinement

Tous les mercredis jusqu’à la réouverture des cinémas, la rédaction de Nice Premium vous propose des critiques sur des films et séries en vidéo à la demande. Aujourd’hui nous allons nous pencher sur « Connectés ». C’est le premier long métrage (téléfilm non inclus) que Romuald Boulanger réalise. Le film devait sortir dans les cinémas mais le reconfinement en a décidé autrement.

La plateforme de vidéo à la demande Amazon Prime Video a une nouvelle fois sauvé une production française. Après « Forte » de Katia Lewkowicz c’est au tour de « Connectés » d’être diffusé sur le site américain. Romuald Boulanger a réuni un casting 5 étoiles (François-Xavier Demaison, Nadia Farès, Stéphane de Groodt, Claudio Tagbo, Pascal Demolon, Michaël Youn, Audrey Fleurot et Franck Dubosc) pour réaliser le premier film sur le confinement que nous avons tous vécu en début d’année.

Le scénario est simple, nous sommes plongés dans l’univers d’une bande de potes qui se réunissent en vidéo-conférence en fin de journée pour un apéro virtuel. Pendant une dizaine de minutes nous apprenons à connaitre la vie professionnelle et familiale des protagonistes mais aussi de moments drôles que certain(e)s ont pu vivre pendant le confinement. Comme la cohabitation avec constante avec ses enfants, les disputes de couple ou l’adaptation aux nouvelles technologies. Toutes ces réjouissances vont virer au drame quand un mystérieux homme masqué et vêtu d’un coupe-vent rouge prend en otage Nico, joué par Pascal Demolon.

Pendant la moitié du film les plans sont fixes avec les différentes webcams situées aux quatre coins de notre écran. Puis pour des raisons scénaristique l’action s’intensifie lorsque certains acteurs passent du support de l’ordinateur au smartphone. C’est ce changement qui insuffle un second souffle au long métrage et qui le fait basculer d’un genre à l’autre. D’une part l’humour puis le suspense par la suite.

Pour les points négatifs on peut reprocher « Connectés » d’avoir mal camouflé l’identité du kidnappeur. Dès sa première apparition nous savons qui se cache derrière le masque et la casquette. Le premier film de Romuald Boulanger n’est pas mémorable, mais il vous fera passer un bon moment (1h25) durant votre confinement.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire