Le Festival des mots 2020 : huit rendez-vous avec des lecteurs de renom

Malgré les difficultés dues à la pandémie, le Département des Alpes-Maritimes a décidé de maintenir cette manifestation qui permet aux spectateurs à voyager au travers de grands textes lus par des comédiens de renom. Au fil des années, le Festival des Mots est devenu un spectacle de style, de ton, d’expression, d’émotion qui plonge le public dans un univers d’élégance et de confidence. Pour Charles-Ange Ginésy, président du Conseil départemental : " Le temps d’une soirée, de brillants acteurs perpétuent la tradition orale des conteurs d’autrefois en donnant vie aux mots grâce à leur talent."

À l’occasion de la célébration des 160 ans du département des Alpes-Maritimes, le Festival des Mots proposera quelques-uns des textes les plus significatifs des figures littéraires des Alpes-Maritimes, un département qui est « terre d’écriture ».* Des textes, des extraits, des lecteurs, des regards qui rendent hommage à cette terre et à cette littérature qui parle aux Maralpins parce qu’ils en sont fiers.

9 acteurs qui incarnent les grands noms du cinéma, de la télévision et du théâtre viendront à la rencontre des spectateurs pour raviver la tradition des veillées, garantes de lien et de transmission dans nos villages.

Au programme (**} :

Ce Samedi 18 juillet à 21 heures : Tourrettes-sur-Loup - La Bastide aux Violettes, Michel Boujenah lit « Le père adopté » de Didier Van Cauwelaert,

Jeudi 23 juillet à 19 heures 30 : Vence – Place du Grand Jardin, Richard Bohringer lit des extraits de ses propres œuvres (« C’est beau une ville la nuit », L’ultime conviction du désir », « Bouts lambeaux », « Traîne pas trop sous la pluie », « Quinze rounds »),

Vendredi 31 juillet à 21 heures : Cap d’Ail – Château des terrasses, Christophe Malavoy lit « L’oubli est la ruse du diable » de Max Gallo

Lundi 3 août à 20 heures 30 : Mougins – Place des Patriotes, Richard Berry lit « Celui qui n’avait jamais vu la mer » une nouvelle de JMG Le Clézio,

Mercredi 5 août à 18 heures : Valberg, Les Jardins du Mercantour, Isabelle Carré et Irène Jacob lisent « Tendre est la nuit » de F. Scott Fitzgerald,

Vendredi 7 août à 21 heures : Villeneuve-Loubet, Jardin du Pôle Culturel Auguste Escoffier, Fanny Cottençon lit « La promesse de l’aube » de Romain Gary,

Samedi 8 août à 20 heures 30 : Auribeau-sur-Siagne, Cour de l’Ancienne École, Charles Berling lit « Que ma joie demeure » et autres textes de Jean Giono,

Vendredi 14 août à 21 heures : Saint-Martin-Vésubie, Mathilda May lit « Avenue des Diables-Bleus » de Louis Nucéra.

Source d’inspiration, le territoire des Alpes-Maritimes a vu séjourner, naître, vivre de grands écrivains qui ont choisi ce décor pour l’écriture d’œuvres majeures. Parmi eux, Friedrich Nietzsche, Guillaume Apollinaire, Romain Gary, Jean Cocteau, Somerset Maugham, Maeterlinck... Les deux derniers prix Nobel de littérature français ne font pas exception : JMG Le Clézio y est né, y a passé sa jeunesse et y revient souvent. Quant à Patrick Modiano, il se sert du décor de la Côte d’Azur dans nombre de ses romans les plus connus...

(**) Entrée gratuite

Partager

Laisser un commentaire