Café littéraire : François Mitterand et la guerre d’Algérie de François Malye et Beniamin Stora

1954-1957 : François Mitterrand participe aux gouvernements de la IV° république. C’est le début de la guerre d’Algérie. On suit son parcourt politique où il ambitionne la présidence du conseil (pouvoir suprême de cette IV° république. On est très éloigné de l’homme qui abolira la peine de mort en 1981.

Là on découvre un défenseur de l’Algérie Française et un partisan de la peine de mort. Cet ouvrage nous dévoile le côté ignoré de ce personnage, de ses positions plus proche de l’extrême droite que de la gauche. Nous sommes dans ce régime qui use les gouvernements dans une instabilité chronique.

Les acteurs de ce conflit, à la fois le FLN et l’armée française s’affrontent cruellement avec de part et d’autre des exactions criminelles. Les auteurs demeurent objectifs, montrent les abus et les crimes des protagonistes. Nous sommes au début de ce conflit avec les attentats et les victimes. Il y a les provocateurs, les idéalistes, les fanatiques.

François Mitterrand par sa fonction donne son avis sur les recours en grâce et on le voit dans la majorité des cas donner un avis défavorable. Ce livre est un document précieux pour mieux comprendre à la fois ce drame algérien et l’action d’un homme qui ne poursuivait finalement que son ambition au mépris de tout sentiment humain.

On se posera une seule question : pourquoi son comportement durant les évènements d’Algérie n’a pas été exploité en 1981 quand il se voulait le monsieur propre de la vie politique française ? Mais là, il s’agit de calculs dont nous ne connaitrons que dans cinquante ans les raisons.

Ce livre a été écrit en 2010 alors que tous les protagonistes sont morts ou trop âgés. Alors rendez-vous en 2031 pour comprendre 1981 ?

Thierry Jan, écrivain

Partager

Laisser un commentaire