Café littéraire : L’avènement de Hugues Capet

L’AVÈNEMENT D’HUGUES CAPET
LAURENT THEIS
Louis V que les historiens ont affublé du qualificatif de ‘fainéant’ jeune roi de vingt ans est victime d’un accident de chasse sur les terres d’Hugues Capet. Nous sommes en 987, le jeune roi va convoquer l’archevêque de Reims pour trahison.

Louis est le dernier des carolingiens avec son oncle Charles. La mort du jeune roi arrange tout le monde. On se dépêche de sacrer Hugues Capet roi des francs. Si nous reprenions aujourd’hui l’affaire dans un procès, les juges condamneraient Hugues Capet pour captation d’héritage.

En lisant cet ouvrage, il est clair que les droits à la couronne de France ont été usurpés. Laurent Theis nous évoque cette période agitée de notre histoire. En fait, il y a toujours eu une rivalité entre le roi et les seigneurs. Elle ne s’est jamais éteinte et dans leurs calculs les aristocrates finiront par détruire la monarchie et leurs privilèges. On voit également à travers ce livre la rivalité entre les deux rives du Rhin.

Les germains et les francs sont de même souche et il faudra mille ans pour mettre fin aux guerres entre deux peuples cousins. L’avènement d’Hugues Capet, la troisième famille montant sur le trône franc est à la fois l’affirmation d’une déchirure entre francs et germains et d’une certaine façon la naissance de la France.

Cet ouvrage de Laurent Theis est un guide pour mieux comprendre cette période du moyen – âge où l’hommage et la fidélité obéissaient à des rapports entre seigneurs et vassaux. Il n’y avait pas, selon nos critères modernes, de trahison, seul l’intérêt du moment comptait. Un serment pouvait donc se rompre au gré des situations. Le moyen-âge est une société dont les bases sont féodales.

L’Etat en fait n’existe pas au sens moderne du mot. On est le vassal d’un seigneur qui lui-même est l’obligé d’un plus puissant que lui. Les carolingiens tinrent le
pouvoir selon ces principes et le perdirent selon les mêmes principes. Le roi Louis V est mort lors d’un accident de chasse, il ne pourra poursuivre ses accusations, l’archevêque de Reims Adalbéron couronnera Hugues Capet et le jeune Louis V enterré et très vite oublié, le roi est mort, vive le roi.

Ainsi le rideau tombait sur les carolingiens pour se relever sur les capétiens

Thierry Jan

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message