Café littéraire : L’évadé de Salvetat de Henri Noullet

Dans le Périgord le petit village de Salvetat vit en cette année 1940 avec l’attente du retour de ses fils dont certains sont prisonniers en Allemagne. Fernand se retrouve dans une ferme allemande et va s’évader. Au village il est attendu, il y a ses parents et surtout Irène sa fiancée.

Henry Noullet nous décrit son pays, ce Périgord et ce village où tout le monde se connait. L’adjudant de gendarmerie sait fermer les yeux, ne pas écouter, puis la directrice des postes et le facteur en savent plus qu’ils ne veulent le dire. La résistance s’organise.

Il y a les partisans de Vichy dont Antoine le frère d’Irène qui se doute de quelque chose. Le marché noir ? Les colis aux prisonniers. Tout ce petit monde se retrouve au bistro où chacun y a ses habitudes, il y a aussi le curé, l’école publique, tout un tissu social qu’il faut savoir gérer et organiser.

L’évadé de Salvetat une belle chronique d’un petit village du Périgord avec ses fermes durant la seconde guerre mondiale avec ses héros et ces salauds. Les prisonniers de guerre dont certains ne cherchèrent pas à s’évader préférant les compromissions avec leurs geôliers.

C’est là tout le génie de l’auteur, nous décrire les héros, ses personnages avec psychologie. Un roman du terroir et en même temps un témoignage historique sur cette période douloureuse de notre histoire.

Thierry Jan, écrivain

Partager

Laisser un commentaire