Café littéraire : La machine Ernetti de Roland Potiche

A moitié un roman de sciences fictions et pour l’autre moitié une réalité historique, l’auteur nous entraîne dans les secrets du Vatican. Les papes Pie XII, Jean XXIII, Paul VI, sont les acteurs principaux de cette histoire. Un physicien italien disparait en 1938.

Ettore Majorana au large de la Sicile. Il travaillait sur un projet (c’est là où la science-fiction apparait) d’une machine à remonter le temps, de filmer des faits et évènements du passé ! Malgré l’invraisemblance de cette machine, on reste à poursuivre la lecture de cet ouvrage grâce au talent de conteur de Roland Portiche.

Pour corser l’histoire on retrouve la CIA, le KGB et le Mossad. Là l’histoire vient étayer le roman. Nous sommes après la seconde guerre mondiale, Israël est née, la Palestine est divisée, l’Etat Juif et les Arabes. Puis il y a la politique avec un évêque progressiste pas très catholique. Le pape Pie XII finance cette machine : un chronoviseur, véritable machine à remonter le temps.

Monseigneur Montini le futur Paul VI s’attache au projet avec un prêtre le père Ernetti. On les voit balbutier puis finalement réussir, non sans quelques péripéties où le livre devient un roman d’espionnage avec des espions et des barbouzes. La machine Ernetti aujourd’hui de la science-fiction, mais qu’en sera-t-elle demain ? Roland Portiche serait ainsi un précurseur, un nouveau Jules Vernes ! Mais restons les pieds sur terre, lisons cet ouvrage avec sa vision de l’histoire, celle du passé et d’aujourd’hui !

Thierry Jan, écrivain

Partager

Laisser un commentaire