Café littéraire : La silence et la fureur de Natalie Carter & Nicolas d’Estiennes d’Orves

Max King est un pianiste virtuose qui ne peut plus jouer du piano. Chaque note est devenue pour lui un enfer. Tout çà car il y a dix ans un accident lors d’un concert l’a traumatisé. Ainsi il se retrouve dans une île de l’Ontario, là où justement s’est déroulé le drame.

Max vit reclus dans sa maison, seule Suzan vient l’aider dans sa vie de tous les jours. Une vie bien ordonnée, sans surprises, sans accrocs. Mais la musique est toujours impossible pour lui. Puis arrive sa femme et son fils. Son épouse repart bien vite laissant Luke, lui aussi pianiste, avec son père.
Le père et le fils, une rivalité et en même temps une complicité entre les deux hommes que tout sépare et en même temps unis.

Max King va-t-il guérir de ses démons ? Va-t-il les surmonter et rejouer ? C’est là toute la trame de ce roman écrit à quatre mains. Un ouvrage qui nous plonge dans un petit village de l’Ontario où les gens sont de la même humeur que leur pays austère et magnifique. Une belle page sur ce pays dont le lac est la frontière entre les Etats Unis et le Canada. Bienvenu à Lost Lake village.

Thierry Jan, écrivain

Partager

Laisser un commentaire