Café littéraire : Le caméléon de Andreï Kourkov

1997. La Russie a vue s’écrouler l’empire soviétique et dans le Caucase, sur la mer Caspienne, la corruption sévit encore plus violemment qu’ailleurs dans l’ancien empire. Un homme à Kiev part à la recherche d’un manuscrit d’un auteur Ukrainien. L’Ukraine elle aussi s’est séparée de l’empire écroulé.

C’est cette recherche de l’auteur, de son passé, de ses écrits que l’auteur nous décrit à travers son héros. Tout a commencé avec la découverte d’un exemplaire annoté dont l’auteur git dans une tombe. Notre héros part à la recherche de cet homme, il va ainsi se retrouver confronté aux services secrets, aux Ukrainiens, va traverser des territoires hostiles, tout çà pour la quête d’un manuscrit. L’âme Russe est puissante et la terre y est sacrée. Ramener la terre est le but de son épopée.

Andreï Kourkov nous fait découvrir la Russie d’après la chute de l’URSS, la corruption, le caméléon en est le symbole, ce petit animal se fondant avec le décor où il est exposé. Il faut ainsi savoir s’adapter aux circonstances, non pour réussir, mais avant tout pour survivre. Un très beau témoignage de cette période où la Russie a dû surmonter le séisme de la chute d’un empire.

L’auteur né à Saint Pétersbourg en 1961, a connu le régime soviétique, sa ville natale s’appelait alors Leningrad, il vit aujourd’hui à Kiev et est internationalement reconnu.

Thierry Jan, écrivain

Partager

Laisser un commentaire