Café littéraire : Le Palais des plaisirs divins de Adam Williams

Nous sommes en Chine en 1899, les nations européennes se disputent les concessions auprès de l’empereur et des mandarins.

La Russie, l’Allemagne, la France, l’Angleterre et le Japon sont sur les rangs, rivaux et en même temps s’associent pour construire le chemin de fer. Les boxers attisent la révolte contre les étrangers.

Nous sommes à Shishan en Mandchourie, une jeune anglaise quitte les brumes de la Tamise pour retrouver en Chine son père.

Elle est romantique, elle voit dans l’amour un idéal poétique. Son fiancé travaille sur la construction du chemin de fer, elle découvre avec un autre homme l’amour. Ce pourrait s’arrêter là, une sorte d’opéra où l’amour déchire les cœurs, sauf qu’il y a bien d’autres choses à Shishan dont le bordel de luxe où se retrouve pour le plaisir et les affaires la société coloniale.

Le palais des plaisirs divins, c’est son nom. Toute l’activité tourne autour de cette bâtisse où les filles sont plus que des putains. Puis il y a le prédicateur un peu fou, son fils s’enfuie et se retrouve giron dans cette maison de passe. Notre héroïne toujours partagée entre deux hommes est témoins de la vie de cette ville de Mandchourie, des intrigues, des trafics.

Elle va découvrir et nous faire découvrir cette Chine de la fin du XIX° siècle et du début du XX° où tout est déjà en place avec les futurs affrontements entre le Japon et la Russie, entre la Chine et le Japon. Une très belle fresque historique avec des paysages envoutants. Le Palais Des Plaisirs Divins, dont la lecture est à elle seule un plaisir.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire