Le vol du Régent de Michel de Grèce

Paris septembre 1792 la France a sombré dans la révolution dont bientôt les excès de la terreur ensanglanteront le pays. Paris manque de tout, le peuple est affamé tandis que les profiteurs de la révolution font la fête. Puis il y a ce vol organisé pour s’emparer des bijoux de la couronne. C’est le garde meuble de la place de la Concorde, là où justement coule quotidiennement le sang des victimes du fanatisme des hommes de cette révolution.

Ennemi du peuple, un terme assez vague pour justifier la guillotine. Les joyaux de la couronne vont être subtilisés par une équipe de voleurs. L’histoire est vraie, vient s’y fixer un roman d’amour, d’espionnage, policier. Les héros sont nombreux. Qui est qui  ? On s’y perd avec des politiciens corrompus, des policiers complices, des agents anglais et notre héroïne qui veut avant tout sauver son fils.

Tout ce monde se retrouve dans Paris pour écouler le produit de son vol. Le casse du siècle pourrait-on dire. Le Régent et d’autres diamants appartenant à la
couronne de France, donc à l’Etat sont dérobés. L’auteur nous entraîne dans l’enquête sabotée par les complices hauts placés des voleurs.

On guillotine le roi, des hommes et des femmes ayant le tort de n’être pas patriotes au sens où les dirigeants de la France entendent ce terme. La cour des Miracles tant décriée existe toujours, l’égalité est toujours un vœu pieux, la misère est encore plus flagrante avec un pays ruiné. Nous sommes dans l’arbitraire.

Si on avait pris la Bastille au prétexte de libérer le pays du despotisme, on l’a plongé dans une dictature sanglante.

Le vol du Régent nous fait vivre le Paris de cette période où la vie humaine n’avait guère de valeur. Un livre à la fois historique, un roman d’amour,
d’espionnage et un polar avec des héros, des salauds, des corrompus et des incompétents finalement un peu notre monde moderne avec la guillotine en moins.

Thierry Jan

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message