Littérature : Le baptême des ténèbres de Ghislain Gilberti

Second roman de Ghislain Gilberti, paru début octobre aux éditions Anne Carrière. Un thriller puissant d'une noirceur absolue, une histoire qui prend aux tripes que Nice Premium vous invite à découvrir et à vous procurer d'urgence !

Conception graphique/Couverture :
Laurent Davoust

Cécile Sanchez traque toujours les criminels avec la section spéciale de l’OCRVP - Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes. Peu de temps après l’affaire du Festin du serpent, elle est de nouveau confronté à un tueur aux méthodes particulièrement sadiques : énucléation, mutilations génitales, sévices faciaux, le tout ante mortem. Les victimes, des jeunes femmes dont la ressemblance est frappante, s’accumulent. Mais, alors que le profil du tueur semblait établi, celui-ci franchit un nouveau seuil dans l’horreur, comme si le Mal incarné avait enfanté son propre cauchemar. La tension monte. La pression de sa hiérarchie pousse Cécile à travailler encore plus vite, sans relâche.

Avec ce nouveau roman, c’est une plongée dans l’horreur qui attend le lecteur. Le baptême des ténèbres rivalise de noirceur et de réalisme pour offrir un récit d’une très grande qualité. On y retrouve la même maîtrise, la même qualité d’écriture que pour Le festin du serpent. Une précision au scalpel mais qui ne fait pas l’impasse sur des personnages travaillés et attachants. On retrouve ainsi l’équipe de Cécile Sanchez - David, Romane, Anne, Paul - mais aussi l’équipe technique et scientifique de Karine Perrin. Mais Gilberti sait enrichir sa galerie de personnages et nous propose de découvrir le groupe du capitaine Olivier Arpino, la Compagnie spécialisée d’intervention qui se charge de toutes les missions d’inspection des égouts, carrières et catacombes, et qui accompagnera Cécile dans son enquête.
L’auteur nous prouve qu’une fois de plus, il connaît parfaitement son sujet, très documenté, précis, aussi bien du côté des procédures judiciaires ou techniques, que de celui des détails historiques. Ainsi, il offre aux lecteurs un véritable cours d’histoire sur une partie méconnue de la capitale.
Quant au tueur, rapidement surnommé Le Ramoneur, c’est un personnage troublant dont la monstruosité n’est plus à prouver.

Le style, toujours cinématographique, de l’auteur nous fait vivre cette enquête à un rythme effréné et dont l’imagination et l’ingéniosité surprendront plus d’un lecteur.
Un véritable baptême du sang dont les cent dernières pages sont une pure montée d’adrénaline au cœur du cerveau du tueur.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message