Littérature : Les apparences de Gillian Flynn

Alors que son adaptation par David Fincher, avec Ben Affleck et Rosamund Pike, sort aujourd'hui en salle (Gone Girl distribué par Twentieth Century Fox), Nice Premium revient sur Les apparences, cet incroyable best-seller de Gillian Flynn. Sortie en 2010, cette histoire de disparition rime avec manipulation, flirte avec la folie et embarque le lecteur dans un jeu de faux-semblants.

© Scott Gordon / Plainpicture. Affiche du film de David Fincher, Gone Girl

Amy et Nick s’aiment, ils sont beaux, ils sont jeunes, ils vivent à New-York et ils ont de l’argent. Puis ils perdent leurs boulots et la crise financière les rattrapent. Amy et Nick sont contraints de partir s’installer dans le Missouri, à Carthage, ville natale de Nick.
Le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, Amy disparaît.

Avec ce postulat de départ assez simple, Gillian Flynn construit une histoire tordue et pleine de rebondissements, une histoire où trahisons entre époux, mensonges et dissimulations sont de mise.
Dans Les apparences, l’auteur ne raconte pas simplement un thriller bien ficelé, mais un portrait d’une société en pleine crise et une analyse du couple brutale et sans concession. Les relations, les réactions sont disséquées et montrent à quel point leurs interprétations peuvent être différentes. Jamais vous ne lirez de roman où la psychologie des personnages est si intensément décrite, développée et pousse, dans leurs derniers retranchements, les héros comme les lecteurs.
Ancrer l’histoire dans un quotidien réaliste, de ce couple au chômage est une riche idée, permettant tout de suite de s’identifier.

Le roman se divise en trois parties et le récit alterne le point de vue de Nick (Le jour où) et celui d’Amy (Journal). Rédigés à la première personne, ces chapitres montrent toutes les facettes des personnages, on s’attache à Nick, on veut sauver Amy, on aime l’un puis l’autre, on déteste l’un puis l’autre. Jamais couple n’aura été si troublant.
La plume, précise et acérée, de Gillian Flynn parfait le travail et, malgré quelques petites longueurs au milieu du roman, attire le lecteur toujours plus loin dans la perversion conjugale.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message