Littérature : Les naufragés hurleurs de Christian Carayon

Réédité en février dernier par Fleuve Éditions, Les naufragés hurleurs est le second roman de Christian Carayon, la suite des aventures de Martial de la Boissière, entamées avec Le diable sur les épaules. Nice Premium vous propose de découvrir ce thriller intime malmené par la tempête.

Martial de la Boissière est un rescapé de la première guerre mondiale, il vit à l’écart de la société, presque reclus. Il n’en sort que pour participer aux réunions du Cercle Cardan, une sorte d’association qui démasque les médiums, voyants et autres charlatans qui fleurissent un peu partout en Europe à cette époque.
C’est à cette occasion qu’il reprend contact avec Alain, un ami d’enfance. Un médium à la mode promet ainsi à Alain un danger imminent, lui conseillant de fuir !
Peu après, ce dernier est retrouvé mort dans un accident de voilier au large de l’île de Bréhat, en Bretagne. Martial, connaissant les qualités de marin de son ami, ne peut croire à cette mort et décide de se rendre sur place pour enquêter.

© DR

Après le sud-ouest, Christian Carayon nous conduit en Bretagne, en 1925, dont certains prédisaient qu’elle serait la dernière année avant l’apocalypse… C’est en effet sur un air de fin du monde, avec son lot de dérèglements climatiques, que Martial se rend à Bréhat et met les pieds dans un nid de vipères. Alain n’était pas seul sur le voilier qui a fait naufrage, il conduisait sa belle-mère, épouse d’un riche et paranoïaque notaire, Baptiste Lestage. Ils vivent dans un manoir isolé et à l’écart sur l’île de Bréhat. La famille Lestage paraît parfaite de l’extérieur mais leurs secrets sont nombreux…
Dans un contexte climatique dantesque – vent, pluie, neige, tempête – le héros de Christian Carayon va enquêter pour comprendre ce qui a pu arriver à son ami. Utilisant les éléments et le décor sauvage et déchiqueté de l’île de Bréhat, l’auteur retranscrit une atmosphère lourde de secrets et de double-jeu.
Avec fascination, on assiste à l’entrée de Martial dans cette famille, une véritable toile d’araignée collante et tenace. Christian Carayon n’a pas son pareil pour décrire les lieux et l’ambiance d’une époque, ses qualités d’auteur sont indéniables et l’atmosphère participe énormément à cette intrigue familiale habilement ficelée.
L’auteur conduit le lecteur jusqu’à un intense épilogue en forme de huis-clos – tous les personnages sont coincés dans le manoir à cause d’une terrible tempête – qui ne sera pas sans rappeler Les dix petits nègres d’Agatha Christie.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire