Littérature : Les petites filles de Julie Ewa

Paru en janvier 2016, Les petites filles est le premier roman de Julie Ewa publié chez Albin Michel dans la collection Spécial Suspense. Se déroulant en Chine, Julie Ewa, jeune auteur alsacienne, nous offre un thriller intéressant et prometteur.

Lina vient d’arriver en Chine pour une année d’étude lorsqu’elle croise Thomas, membre d’une ONG, qui sollicite son aide pour enquêter sur des disparitions d’enfants. Un sujet tabou dans un pays où les filles sont considérées comme une quantité négligeable et qui, jusqu’à l’automne dernier (octobre 2015), pratiquait la politique de l’enfant unique. Lina se retrouve donc au cœur d’un petit village, Mou di, pour essayer d’en savoir plus.

Dans le même temps, le lecteur découvre l’histoire de Sun et de sa fille Chi-Ni, la petite fille a disparu et l’angoisse étreint la jeune mère. Celle-ci se déroule en 1991 et l’on découvre qu’elle a des ramifications jusqu’en 2013, période à laquelle Lina arrive à Mou di.


Pour cette première parution chez Albin Michel, Julie Ewa n’a pas choisi un sujet facile, le thème des enfants disparus, ni un territoire facilement accessible. Pour beaucoup, la Chine est un pays de mystères qu’il est parfois bien difficile d’appréhender. Les descriptions de la Chine, qui semble être un pays écartelé entre trop de modernisme et des traditions ancestrales, sont très bien rendues et on se sent imprégné par le pays. Le voyage réalisé par l’auteur en 2013 apporte ce qu’il faut de réalisme à ce pays et à ces habitants. On sent le désarroi des femmes qui n’arrivent pas à mettre au monde un fils, tiraillées par l’amour pour leurs filles et la honte qu’elles apportent à leur famille « Dans ces villages miséreux, ne pas avoir de fils ou de petit-fils était plus grave que de ne pas avoir de maison ou de terre. » citation de la journaliste et auteur chinoise, Xinran dans Messages de mères inconnues, utilisée par Julie Ewa au début de la première partie.

Les petites filles raconte simultanément l’histoire de Sun et de Lina, et permet aux lecteurs de suivre les deux enquêtes en parallèle. Rédigée avec des chapitres très courts, cette alternance de points de vue augmente les effets de suspense mais laisse parfois le lecteur sur sa faim. En effet, sur certains points, on aurait aimé que Julie Ewa s’attarde plus à créer une ambiance et à développer ses personnages pour apporter plus de corps à l’ensemble.

Au niveau des personnages justement, si les villageois sont parfaitement représentés - Sun, Chi-Ni, Tao, la vieille Zhen, Lu-Pan, Yao-Shi, Rong Zhou - les deux français, Lina et Thomas, apparaissent comme un peu naïfs et trop sûrs d’eux. La rencontre avec Thomas et surtout sa façon d’impliquer Lina, sont amenées de façon un peu abrupte.

Mais l’histoire fonctionne et le lecteur se laisse prendre au jeu de ce bon page-turner, à l’écriture simple et au suspense présent. Dans son ensemble, le roman montre que Julie Ewa peut se faire une place au sein du monde du thriller français.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message