Littérature : Manuel de dramaturgie à l’usage des assassins de Jérôme Fansten

"Même s'il y a une certaine logique à ce qu'un écrivain de polars ait trouvé la formule du crime parfait, ces choses-là appartiennent d'habitude à la fiction, et ont le bon goût de s’y cantonner." - extrait de la conférence de presse de Stephen Carrière, éditeur. Dans ce nouveau roman de Jérôme Fansten, le polar est vu sous un nouvel angle, celui de l'assassin qui se confesse. Et l'assassin n'est ni plus ni moins que l'auteur lui-même, ou son double. Ou peut-être pas. Nice Premium a lu ce Manuel de dramaturgie à l'usage des assassins et en a conclu que pour réaliser le crime parfait, il faut être deux.

Car Jérôme Fansten n’existe pas, enfin pas vraiment. Le scénariste et romancier, d’après sa fiche Wikipédia, n’est pas seulement Jérôme Fansten, c’est aussi l’entité.
Deux jumeaux qui se partagent la même vie, une existence un jour sur deux. Leur mère n’a déclaré qu’un enfant à l’état civil, forçant ses enfants à jouer un double jeu. Pendant que l’un va à l’école, l’autre est confiné à la cave.
Plus de trente ans après leur naissance, ils se sont trouvés un but : la vengeance. Et l’entité va leur offrir la parfaite couverture : si Jérôme Fansten est, ici, à cette soirée, il ne peut pas être, là-bas, en train d’assassiner un homme, n’est-ce pas ?

Manuel de dramaturgie à l’usage des assassins n’est pas un livre ordinaire. D’accord il parle de vengeance, thème déjà vu et revu en littérature, mais ce Manuel est un peu plus que ça... Au départ, on a l’impression de lire la biographie d’un tueur. Mais Jérôme Fansten a-t-il vraiment tué quelqu’un ? Jérôme Fansten, l’auteur, a-t-il vraiment un jumeau caché ?
C’est sans conteste une œuvre originale publiée par les éditions Anne Carrière, un polar savamment orchestré et dont l’intrigue est, peu à peu, absorbée par les désirs de l’entité. Ce roman précis et intelligent n’en finit pas de nous perdre.
Amoureux de L., un des deux Jérôme Fansten désire mettre à fin à cette vengeance et reprendre une existence calme, sans activité illégale. Mais l’autre Jérôme Fansten ne se laissera pas faire. Un peu schizo le Jérôme Fansten ? Oui, sans doute. Mais sa plume réussit à nous plonger totalement dans cette histoire.

Couverture : illustration © Winshluss

Mêlant vrais personnages (Anne et Stephen Carrière, Maud Mayeras, Erik Wietzel...), faux événements, vraies actualités, vraie photo, extraits d’emails, morceaux de notes, dialogue avec son éditeur, le lecteur ne sait plus ce qu’il doit croire. Une dose d’irrévérence, un poil immoral, le tout très prenant, Manuel de dramaturgie à l’usage des assassins est tout à la fois, le manuel, le journal intime de l’auteur, un résumé de recherches pour le manuel, une enquête sur l’enquête lancée après un de ses crimes. C’est à s’y perdre, et pourtant non. Pas besoin de s’accrocher, la plume de Jérôme Fansten fait le travail et malgré l’importance du livre, le texte est fluide, bien écrit et jamais confus. Original sur le fond comme sur la forme, ce roman - noir - est impossible à ranger dans une seule case.
C’est aussi un portrait au vitriol, et sans doute un peu exagéré, du monde du cinéma et de la littérature, qu’il est savoureux de parcourir. En somme une histoire inattendue et prenante où les notions de réalité et de fiction se mélangent habilement.

La couverture a été réalisée par Winshluss, dessinateur de bd, qui n’est autre que Vincent Paronnaud, le coréalisateur de Poulet au prunes et de Persépolis, avec Marjane Satrapi

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message