Littérature : Que ta volonté soit faite de Maxime Chattam

Début 2015. Le nouveau Maxime Chattam, Que ta volonté soit faite, vient de sortir (éditions Albin Michel, 2 janvier). Classé dans la catégorie 'Littérature', et non 'Thrillers', ce roman vous plonge tout droit dans le Midwest et l'Amérique profonde. Plus de dix ans après la parution de son premier thriller (L'âme du mal) et après un détour par l'héroic fantasy (la saga Autre-Monde), Maxime Chattam se lance avec brio dans le roman noir.

Carson Mills, petite ville du Midwest, un coin tranquille, paisible, champêtre avec ses forêts et ses maisons pimpantes. Cependant Jon Petersen y vit, et pendant plusieurs années, il sera celui que vous ne voulez pas croiser, il sera la représentation physique de vos pires cauchemars. Pour tout dire, même le Diable en a peur...
Les enfants de toute l’Amérique avaient le Croquemitaine pour se raconter des histoires qui font peur, à Carson Mills, ils avaient Jon Petersen.

Pour son vingtième roman, Maxime Chattam s’écarte de sa zone de confort et nous propose un véritable hommage aux romans noirs. Grâce à une écriture très soignée, même si l’on peut parfois regretter l’abondance de figures de style, on s’éloigne peu à peu du thriller pour plonger en piqué dans la noirceur de Carson Mills.
Il nous raconte l’histoire et l’évolution de Jon Petersen, pervers psychopathe, de son enfance jusqu’à l’apogée de sa carrière criminelle. S’étalant des années 60 au début des années 80, Que ta volonté soit faite se déroule quasi exclusivement à Carson Mills, à part quelques passages à Wichita une ville plus importante du Kansas. On y rencontre de nombreux personnages, certains seront présents jusqu’à la fin. On y croise d’abord l’entourage de Jon, son grand-père et ses tantes, Rakel et Hanna, puis Joyce sa femme et enfin son fils Riley, ainsi que tous les habitants de Carson Mills. Avec une psychologie détaillée, fine, Maxime Chattam dresse un portrait sans concession d’une petite bourgade rurale de l’Amérique profonde tiraillée entre deux communautés religieuses et hantée par de lourds secrets.

Les habitués du genre auront l’impression d’être sur les traces d’un Jim Thompson ou d’un Thomas H. Cook, de croiser la route de Donald Ray Pollock et son roman Le diable tout le temps, dans une atmosphère proche de celle de Stephen King. Maxime Chattam réussit son hommage aux maîtres du genre ; sans oublier toutefois de nourrir son intrigue, intrigue qui vous maintiendra en éveil jusqu’à la fin.
Que ta volonté soit faite est un roman noir, âpre, dense où la violence n’est jamais très loin, tapie dans l’ombre. Le premier chapitre en est le parfait exemple. Débutant sobrement, il bascule d’un coup dans une violence brutale, glaçante, montrant toute la cruauté dont est capable Jon Petersen.
C’est aussi une quête de vérité menée par le shérif de la ville, Jarvis Jefferson, une quête qui conduit vers un dénouement troublant et inattendu.
Il faudra du temps aux lecteurs pour se remettre et pouvoir de nouveau contempler un champ de coquelicots sans voir planer l’ombre terrifiante de Jon Petersen.

Conception Graphique Philippe Narcisse
Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message