Littérature : Vertige de Franck Thilliez

Sorti aux éditions Pocket cet automne, Vertige, le dixième roman de Franck Thilliez est un thriller efficace et anxiogène. 344 pages qui réveilleront, chez plus d'un lecteur, la peur viscérale de se retrouver coincé sous terre... Nice Premium vous emmène au fond du gouffre.

© DR

Car oui, malgré le titre qui laisse présager sommets et hauteurs extrêmes, c’est bel et bien sous terre que se déroule l’histoire.
Jonathan Touvier, la cinquantaine, se réveille dans une grotte, il y fait froid, il est attaché à la roche par une lourde chaîne, Pok, son fidèle compagnon, un chien-loup presque sauvage est également présent.
Après un rapide tour d’horizon, il découvre cet environnement qu’on lui a imposé : une tente, des vêtements chauds, un coffre cadenassé, des duvets, un casque avec une lampe frontale. Mais aussi deux autres hommes : le jeune Farid, enchaîné comme lui mais par le pied et Michel, libre de ses mouvements mais la tête enserrée par un masque en fer muni d’une bombe, prévue pour exploser s’il s’éloigne trop de ses compagnons d’infortune.
Qui sont-ils ? Pourquoi sont-ils prisonniers dans ce gouffre ? Quel est leur point commun ?
Qui sera le menteur ? Qui sera le voleur ? Qui sera le tueur ?

Ces interrogations étranges sont accrochées dans le dos de chacun des protagonistes.
Ce page turner signé Franck Thilliez est une torture effroyable autant qu’un thriller 100% réussi !
La survie de ces trois hommes dans les entrailles de la terre va révéler les personnalités, faire sortir les secrets, le passé enfoui, les failles profondes, leurs peurs primales. Le huis clos va suffoquer le lecteur autant que lui donner l’envie de continuer sa lecture, pour découvrir qui a pu faire ça et surtout pourquoi ?
L’histoire tourne autour de Jonathan, ancien alpiniste et journaliste pour un magazine de sports extrêmes, dont la femme est en attente d’une greffe de moelle osseuse, sa dernière chance.
On retrouve dans ce roman, certains éléments de La forêt des ombres du même auteur et paru en 2007 : le froid, l’isolement, des personnages avec un passif lourd.
Le style de Thilliez ne laisse aucun répit aux personnages comme au lecteur, il pousse à bout les uns révélant parfois le plus abject de l’humain dans sa lutte pour la survie. Le récit est ponctué de courts chapitres sur la vie dans le gouffre qui s’organise tant bien que mal - Jonathan possède les connaissances suffisantes en matière de vie dans des milieux extrêmes - et des moments de la vie passée du héros notamment sa période d’alpiniste. La lecture reste anxiogène mais permet quelques bouffées d’air grâce à ses passages racontant ses aventures sur les plus hauts sommets du monde.
On peut redouter le huis clos et son absence de paysages ou de nouveaux personnages mais Franck Thilliez arrive à maintenir un intérêt croissant au fil des pages. Il crée des personnages complexes, ambigus, déterminés, tout en nuances. Michel et Farid sont aussi intéressants à découvrir et à comprendre que Jonathan.

L’intrigue de Vertige n’est pas sans rappeler la série de films Saw où le tueur machiavélique torture, aussi bien physiquement que psychologiquement, ses victimes. D’ailleurs Vertige n’est pas à conseiller aux âmes sensibles, car, comme dans toutes situations extrêmes, certaines horreurs sont finalement commises. Ces scènes ajoutent bien évidemment une tension supplémentaire faisant de Vertige, un vrai thriller – de l’anglais to thrill, frémir… Les frissons sont garantis !
Quant à la fin - inattendue - du livre, elle laissera la plupart des lecteurs un peu perplexe tant l’auteur redistribue les cartes, manipulant personnages comme lecteurs, distillant un peu de folie et soulevant finalement beaucoup d’interrogations.
« La folie ne sonnerait pas si creux. Retenez bien ce bruit de métal. Aussi longtemps qu’il résonnera dans votre tête, il prouvera que vous n’êtes pas fou. » - extrait du roman Darkness

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message