Moretti s’expose à Nice

Les amateurs de l’esthétisme et du beau, sont actuellement comblés dans notre Comté de Nice. Après la nouvelle exposition du musée Cocteau de Menton, c’est la bibliothèque Louis Nucéra qui offre une rétrospective sur Moretti, artiste disparu en 2005.

Ce sont plus de 200 œuvres de cet artiste, acquise par la ville de Nice auprès de son ami Georges Israël que le public pourra contempler
Les visiteurs de cette bibliothèque, Agora de la culture et de la pensée, pourront découvrir ou apprécier Raymond Moretti dans cet hommage rendu à cet artiste. L’exposition se poursuivra jusqu’au 26 février 2013.

Elle nous fait entrer dans l’intimité de ce touche à tout de génie. On y côtoie ses amis : Picasso, Cocteau entre autres, on découvre l’immense étendue de son influence sur les arts. Est-il peintre, sculpteur, dessinateur, écrivain ou poète ? Celui qui aurait la réponse se tromperait obligatoirement, parce que Raymond Moretti est tout cela à la fois. Il illustre des livres, nous offre les plus belles affiches de notre Carnaval, ayant compris que cet évènement était avant tout un éclat de lumière au pays du printemps éternel.

Le visiteur va cheminer ou plutôt errer, car il ira et reviendra vers cette vitrine, pour retourner vers ce livre où le portrait de Malraux est esquissé, puis ce seront des illustrations de livres, de poèmes où il devient complice de l’auteur de belles versifications. Raymond Moretti est partagé entre la religiosité et l’histoire dans ses chapitres les plus tragiques. Mais y a-t-il opposition entre Massada avec le sacrifice des Esséniens et les pages sombres de la révolution ? N’y a-t-il pas en filigrane, ce message d’espoir et de Foi, celui d’une flamme qui ne s’éteindra pas et là, on retrouve la résistance, De Gaulle et Malraux.

Le dessin de Moretti est vibratoire, c’est du jazz, çà swing et ça balance. Raymond Moretti fut très lié avec ce genre musical. Dans son atelier de la villa Paradisio, les grands maîtres comme Duke Ellington ou Louis Armstrong viennent saluer cet artiste. L’homme de la Mancha, œuvre incomprise en son temps de Jacques Brel fut illustrée par Raymond Moretti. On terminera notre évocation sur cet artiste niçois par une gouache où la beauté féminine, celle de la femme est la rime essentielle de la poésie, ce qui, finalement caractérise pleinement Raymond Moretti. Une exposition à ne pas manquer.

T Jan.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message