Dubstep ou la musique de la génération Y

Chaque décennie voit naitre un mouvement musical, adulé par les jeunes et souvent détesté ou incompris par leurs parents. La génération Y a choisi le « dubstep ».


Il y a eu les Rolling Stones et le rock pendant les sixties, le punk pour les seventies, le grunge pour les nineties, il y a le « Dubstep » en ce début de décade. Tous ces mouvements se caractérisent par leurs dimensions contre-culturelles ou du moins, éloignées des carcans musicaux classiques. Il en est de même pour le « Dubstep ». Le « Dubstep » est une musique électronique caractérisée par deux phases : une première phase ascendante et planante puis une deuxième phase rythmée par des basses fréquences. Mais le meilleur moyen de se faire une idée est d’en écouter un extrait. Une autre caractéristique du « Dubstep » est son côté « dur » à l’écoute, surtout pour les néophytes. Une vidéo (en anglais) illustre à merveille ces propos.

Vous l’aurez compris, cette musique n’a pas été conçue pour les plus de trente ans et c’est ce qui en fait aussi son succès auprès des jeunes. En revanche, si le côté hard de cette musique divise la population entre les 16-28 ans d’un coté et le reste du monde de l’autre, elle a aussi un pouvoir fédérateur. Un concert dubstep c’est l’occasion de voir un aficionados d’électro et un rockeur pur et dur danser ensemble (ça vaut d’ailleurs le détour). En effet, rarement un genre musical, hard qui plus est, aura rassemblé autant d’horizons différents, de l’électro au rockeur, en passant par le clubber du vendredi soir. Alors, si vous souhaitez découvrir les Rusko, Nero, Borgore et autre Skrillex près de chez vous, allez faire un tour le vendredi à L’abat jour, dans le Vieux Nice.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message