Tradition, innovation et audace dans la programmation du 70è Festival de musique de Menton

Le directeur artistique du festival Paul Emmanuel Thomas, dirigeant ce dernier depuis maintenant sept ans, nous a concocté une programmation très variée. On y trouve les concerts, l’opéra, la musique de chambre et les solistes.

C’est dans les salons du palais de l’Europe qu’il nous présentait les 12 concerts du parvis de la Basilique et les 9 concerts du palais de l’Europe. « La musique s’élève vers les étoiles dans un ciel de velours. » Ainsi décrivait l’an dernier un spectateur du parvis de la Basilique saint Michel Archange, l’ambiance de ce concert où il se sentait transcendé. D’après les artistes les lieux et le public sont différents ici à Menton.

La capitale du citron, la perle de France est avec Aix en Provence l’un des plus anciens festivals de musique en France. Le parvis de la Basilique Saint Michel va dès le 25 juillet avec le concert des Nations ouvrir le festival, lequel se poursuivra jusqu’au 13 août, soit, cette année pour cette 70° édition, trois semaines, douze soirées à réserver afin de pouvoir dire à vos amis : « j’y étais ! »

Cette année trois fils rouges jalonnent la programmation : avec le Berliner Philharmoniker le 27 juillet ; une virtuose du piano Yuja Wang le 28 juillet et le 12 août avec le violoniste Renaud Capuçon. Le festival évolue d’année en année avec un équilibre entre la tradition, l’innovation et l’audace. Avec les dommages subit par le musée Cocteau l’automne dernier, le Palais de l’Europe accueille les concerts de 18 heures.

L’alchimie de Menton est une recette simple : la rencontre entre la musique, les artistes et le public. Ainsi il y a des défis, des associations à priori improbables et pourtant !

Le 27 juillet le classique rencontre le jazz et que dire de ce quatuor d’accordéons interprétant la symphonie fantastique de Berlioz ? Là c’est un concert au palais de l’Europe le 9 août. Le tombé de rideau se fera le 13 août avec Bach, entre temps nous aurons écouté le 10 août trois contre-ténor sur un registre baroque.

Le off se retrouve cette année en un nouveau lieu : l’Esplanade des Sablettes. C’est là que les jeunes talents en devenir fourbissent leurs armes. Certains sont revenus à Menton sur le parvis de la Basilique Saint Michel Archange. L’off est le moyen de faire connaître la magie de la musique a un public peu averti. Les concerts y étant gratuits, occasion de se familiariser avec les musiciens, les compositeurs et les instruments.

Thierry Jan

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message