À l’Opéra de Nice, tout le monde s’y retrouve !

Une saison où le slogan Tout le monde s’y retrouve, associé à la saison 20-21, malheureusement tronquée par la crise sanitaire, pourra réellement prendre tout son sens

Cette année est donc celle du renouveau : les propositions lyriques, chorégraphiques et symphoniques seront adaptées à tous les goûts, à tous les budgets et à tous les âges et s’adresseront aux mélomanes et balletomanes avertis, mais aussi aux curieux avides de découvertes.

Cette saison extrêmement riche a pour but de faire découvrir l’opéra, le ballet et le symphonique sous toutes ses formes, dans des perspectives insolites, parfois ludiques, propres en tout cas à donner envie de franchir les portes de cette maison.

La saison d’opéra et de théâtre 21/22 c’est 12 titres, des nouvelles propositions artistiques, 6 nouvelles productions dont 3 en coproduction, 1 opéra en version concert, 2 créations mondiales, 2 opérettes, 3 spectacles contemporains en collaboration avec le CIRM et le Festival MANCA, un opéra participatif en création mondiale avec les enfants des écoles de Nice (dans le cadre de la politique culturelle de la ville de Nice « 100% Culture à l’école »).

En septembre, l’essentiel de la saison sera présenté lors d’une soirée exceptionnelle : « Réunion de famille », qui fera entendre quelques-unes des pages les plus marquantes des œuvres présentées avec la participation des forces vives de la Maison, Chœur, Ballet et Orchestre.

Le phénoménal Akhnaten de Philip Glass ouvrira la saison avec tous les arts de la scène, la proposition de Lucinda Childs mêlant avec génie musique, chant et danse.

Les autres titres combleront les amateurs d’opéras : Macbeth de Giuseppe Verdi dans une mise en scène de Daniel Benoin, Phaéton de Jean-Baptiste Lully dont la direction musicale a été confiée à Jérôme Correas, La Veuve joyeuse de Franz Lehár, qui s’inscrit avec Andalousie de Francis Lopez dans le Festival d’opérette et comédie musicale , Le Voyage dans la Lune de Jacques Offenbach, une nouvelle production en collaboration avec le Centre Français de Promotion Lyrique et 17 maisons d’opéras.

L’Opéra de Nice aménage une deuxième scène au cœur de son centre de production La Diacosmie, une salle de spectacle de 320 places qui donne la possibilité de développer de nouvelles activités autour de la musique et de la danse, d’explorer de nouveaux territoires, avec un axe spécifiquement dédié aux spectacles pour les enfants, à savourer en famille.

Elle accueillera cette saison trois œuvres dans le cadre du festival Manca, Le Cosmichomiche, La Ralentie et Ma Vie rêvée, deux œuvres ouvertes au jeune public, Pomme d’Api et le Singe d’une Nuit d’été en coproduction avec la Régie culturelle régionale, et Babel de Sergio Monterisi et Magali Thomas, opéra participatif, en création mondiale.

Le ballet Nice Méditerranée, dirigé par Eric Vu-An, proposera une alternance entre découvertes hors des sentiers battus et grandes œuvres du répertoire dont le traditionnel ballet de Noël consacré à un grand classique Don Quichotte de Minkus.

En marge de la programmation, de nombreux évènements inédits seront donnés parfois « hors les murs », toujours selon une volonté affirmée de faire découvrir au plus grand nombre les plaisirs procurés par la musique, le chant, et la danse.

Ainsi les Afterworks, une heure de musique dans différents lieux atypiques, inviteront les actifs à se détendre après leur journée de travail. Le Jazz résonnera dans le Foyer Montserrat Caballé de l’Opéra lors des Cafés jazz, à 11h les samedis avec les musiciens du Conservatoire de Nice.

Enfin, des soirées féériques pour « voir l’Opéra comme on ne l’a jamais vu » sont programmés avec Les Dîners sur scène. A l’occasion du Carnaval de Nice, Le Veglione fera son grand retour à l’Opéra. Des Face à face permettront au public de rencontrer les équipes artistiques avant les spectacles.

Enfin, et c’est inédit, les plus joueurs se retrouveront certainement dans les Escape game, véritable jeu d’aventure bien réel dans les antres de l’Opéra de Nice.

Les plus jeunes pourront découvrir les instruments de l’orchestre avec Viens avec ton doudou, à partir de 3 ans. Les ados s’y retrouveront aussi, avec Viens avec ton smartphone..

Partager

Laisser un commentaire