Le Ballet Nice Méditerranée s’inspire au cinéma

Cet après-midi à 15 heures , le Ballet Nice Méditerranée, qui fête cette année les dix ans de sa naissance, donnera une nouvelle illustration des multiples facettes du talent de cette troupe avec la dernière représentation d’un programme proposé à six reprises sur la scène de l’Opéra de Nice à partir du 18 octobre .

Il s’agit d’un spectacle composé en trois temps avec, tout d’abord, Démons et Merveilles, une création dont la chorégraphie signée Julien Guérin, invité pour la première fois par le Ballet Nice Méditerranée, est inspirée du film Les visiteurs du soir, de Marcel Carné, tourné en 1942 à Nice aux Studios de la Victorine dont on fête, cette année, le centième anniversaire de leur lancement.

Dans le film, le Diable envoie deux de ses émissaires aux fiançailles de la fille d’un châtelain pour semer le désordre amoureux. Sur ce canevas qui lui offre son point de départ, Démons et Merveilles brode ses propres motifs, entre danse et cinéma. Parmi les musiques dans lequel il baigne, il y a celles de Maurice Thiriet, d’Ernest Bloch, de Max Richter et enfin de Joseph Kosma disparu il y a cinquante ans.

Le fait de choisir Le Rendez-vous pour constituer le deuxième temps du spectacle est, d’ailleurs, une façon de saluer la mémoire de ce compositeur puisque c’est à lui que l’on doit la musique de ce ballet, créé en 1945, dont la chorégraphie est de Roland Petit.

Avec cette pièce, on effectue une plongée dans le Paris de l’après-guerre, plein d’espoir, de fièvre de vivre et de créer malgré les douloureux souvenirs d’années terribles qui régnaient au fond des cœurs.

Peu de périodes ont autant créé ce sentiment que tout était possible et engendré une telle prolifération des arts. Reconstruire, c’est souvent réinventer et Roland Petit ne s’y est pas trompé.

En dernière partie de programme, avec Vespertine, du chorégraphe britannique Liam Scarlett, seul compte cette fois la musicalité des gestes et des pas. Le ballet brille par ses audaces baroques sur la musique d’Arcangelo Corelli.

Ecrit à l’origine pour le Norwegian National Ballet en 2013, Vespertine a ensuite été dansé notamment par le Ballet Nice Méditerranée qui, par la qualité de son interprétation, en a fait l’un des joyaux chorégraphiques de son catalogue d’œuvres.

VESPERTINE

Chorégraphie et costumes Liam Scarlett
remontée par Raffaella Renzi
Musique Arcangelo Corelli
Arrangements de Bjarte Eike

LE RENDEZ-VOUS
Pas de deux extrait du Ballet Le Rendez-vous

En hommage à Joseph Kosma pour les 50 ans de sa disparition

Chorégraphie Roland Petit
Supervision chorégraphique Luigi Bonino
Musique Joseph Kosma
Lumières & Supervision technique Jean-Michel Désiré
Livret Jacques Prévert
Décor Brassaï

DÉMONS ET MERVEILLES
CRÉATION

Chorégraphie Julien Guerin
Musique Maurice Thiriet, Joseph Kosma, Ernest Bloch, Max Richter
Scénographie et Lumières Dominique Drillot

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message