Opéra de Nice : Andrea Chélier de Umberto Giordano

Mêlant habilement les personnages de fiction et les figures historiques, Andrea Chénier, du compositeur italien Umberto Giordano, est un sommet du répertoire des opéras dits « véristes », c’est-à-dire dont les livrets sont basés sur des faits réels et non sur des mythes ou des légendes : une tendance très prisée durant les dernières années du 19e siècle et les premières du 20e.

Dans cette œuvre, les faits sont ceux de l’époque de la Terreur durant la Révolution française, quand la guillotine tranchait tous les jours à Paris quiconque était jugé simplement suspect à la cause des Sans Culottes, hommes ou femmes, vieillards ou adolescents.

Sur la scène de l’Opéra de Nice, André Chénier dira son amour à Madeleine, affrontera son rival Gérard, disciple fervent de Robespierre qui l’enverra comparaître, sous une fallacieuse accusation, devant le Tribunal Révolutionnaire lequel ne prononçait en général qu’un seul verdict : la mort. « La Révolution n’a pas besoin de poète » lancera, lors du procès, l’accusateur public Fouquier-Tinville.

Dans la cellule des condamnés, Chénier en composera néanmoins un ultime, peut-être son plus beau, pour clamer sa passion…

Umberto Giordano a su donner à sa musique toute la force requise pour évoquer le tourbillon terrifiant d’une époque hors norme, et toute la sensibilité et la finesse nécessaires pour faire vivre des êtres hors du commun.

Cette musique sera servie par l’Orchestre Philharmonique de Nice, placé sous la baguette de son directeur musical György G. Rath, renforcé par les voix du Chœur de l’Opéra de Nice dirigé par Giulio Magnanini.

Le rôle d’Andrea Chénier sera tenu par Luciano Ganci (ténor), celui de Madeleine de Coigny par Cellia Costea (soprano) tandis que Carlos Almaguer (baryton) incarnera le personnage de Gérard.

Ce vendredi à 20h et samedi à 16h

ANDREA CHÉNIER de Umberto Giordano

Drame historique en quatre actes
Livret de Luigi Illica
Création à la Scala de Milan le 28 mars 1896
Nouvelle production en coproduction avec l’Opéra de Tours

Direction musicale György G. Ráth
Mise en scène Pier Francesco Maestrini
Assistante mise en scène Daniela Zedda
Scénographie Nicola Boni
Costumes Luca Dall’Alpi
Lumières Bruno Ciulli
Chorégraphie Elodie Vella

Andréa Chénier Luciano Ganci
Gérard Carlos Almaguer
Madeleine de Coigny Cellia Costea
Bersi Kamelia Kader
Comtesse / Madelon Emanuela Pascu
Roucher Frédéric Cornille
Pietro Fléville /Fouquier Tinville Richard Rittelmann
Matthieu Serban Vasile
L’incroyable Luca Lombardo
L’abbé Frédéric Diquero

Orchestre Philharmonique de Nice
Chœur de l’Opéra de Nice

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message