"Que je t aime !" manifeste pour les femmes au Théâtre des Muses à Monaco

Il y a 23 ans elle avait choisi de réunir les lettres du courrier des lectrices des magazines féminins des années 50 60 , l’ancêtre des astagram, watsapp et autre facebook pour le jouer au Théâtre des Carmes dans le off d’Avignon.

Ce spectacle prend aujourd’hui plus de saveur,de poids,d’ effet comique par ces temps de Révolution féministe et de tendance Me too.Il s’agit de témoignages envoyés à des journaux locaux,des psy,des médecins,qui ont contribué à libérer la parole des femmes.

Clémence Massart , en les interprétant ,les incarne ces lettres, ces femmes , prenant des accents pittoresques , rajeunissant sa voix ou la vieillissant, toujours drôle,profonde,enfantine ou femme mûre. Bien avant mai 68 , la pillule , le MLF et la loi sur l’avortement , ces messages de femmes de toutes conditions et de tous âges dressent un état des lieux des interrogations intimes sur l’amour , la sexualité , l’adultère, la grossesse. Elles sont le fruit de siècles d’asservissement patriarcal ou biologique tourné vers la procréation.

Comédienne de cirque au début ,longtemps compagne et complice de Théâtre depuis la Cartoucherie de Vincennes, de Philippe Caubère qui la met en scène,ce phénomène artistique , poètique, musical (elle s’accompagne par moments d’un accordéon) qu’est Clémence nous livre un spectacle joyeux, fort en personnalités, émouvant mais jamais pleurnichard .

Les textes vivent grâce à la comédienne, alerte,à la vivacité incontestable bien sûr (elle a fait partie de la troupe du Grand Magic Circus de Jérôme Savary)mais sont écrits avec un grand soin .Le vocabulaire y est choisi, précis, d’une grande tenue , parfois gouailleur et met en relief les maladresses , les émois de ces anonymes en mal de conseils qui signent d’un prénom et du nom de leur ville.

La mise en scène de Caubère apporte cet aspect un peu lunaire dans la représentation avec des changements de rythme de jeu , des éclairages divers si bien que Clémence rayonne ,est dans la plénitude de son Art d’interprète , de passeuse d’âmes . Venez voir cette leçon de vie par le Théâtre et apprécier la force évocatrice de ces textes si modernes dans le fond sous une forme désuète mais pleine de charme

Roland Haugade

Ces jeudi 30 , vendredi 31, samedi 1 er à 20 h.30 et dimanche 2 à 16h.30 au Théâtre des Muses 45 A bld.du Jardin exotique Monaco.

Réservations au 0037797981093 ou à reservations@theatredesmuses.com

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message