TNN : alors que sa démolition vient d’être acceptée, des élus se réunissent pour s’y opposer

Alors que le permis de destruction du TNN a été accepté dans la nuit du mercredi au jeudi 20 janvier, des élus de tous bords et des niçois se sont réunis au cinéma Belmondo pour un débat concernant la destruction d'Acropolis et du TNN. Un débat à sens unique : tous sont unis contre ce projet de démolition.

Ce jeudi après-midi le Club de la Presse 06 a réuni au cinéma Belmondo quelques élus et détracteurs du projet voté par les élus municipaux il y a un mois : détruire le TNN et Acropolis pour prolonger la coulée verte.

Quelque sept invités ont donc à leur tour expliqué les raisons pour lesquelles il s’y opposent, et, à leur gauche, une chaise vide destinée à Christian Estrosi, invité à participer lui aussi. L’édile ne s’est pas rendu au débat, estimant qu’il avait déjà donné tous les arguments pour la réalisation de ce projet. Un débat à sens unique donc, puisqu’aucune opposition n’était présente, ce qui a d’ailleurs été reproché par un niçois lors de la période des questions-réponses avec les sept invités.

Les sept invités ont donc à tour de rôle exposé leurs arguments contre ce projet, devant une salle quasi-pleine de niçois qui semblaient tous être de leur avis eux aussi.

« Il faut que les médias le disent : ce n’est pas fini, tout est encore possible ! », Patrick Allemand, association Nice au Cœur et ex vice-président de la région.

« Détruire le TNN c’est défigurer l’oeuvre de la promenade des arts, c’est détruire cette merveilleuse idée de réunir les arts vivants aux beaux arts, [...] c’est détruire la culture » a commencé à déplorer Martine Bayard, fille d’Yves Bayard, l’architecte du TNN et du Mamac.

Tandis que Michel Cova, ingénieur lyonnais, déclare que la prolongation de la coulée verte sur le Paillon ne permettra pas de planter de nouveaux arbres et donc ne permettra pas de « rafraîchir le quartier », comme le souhaite Christian Estrosi, la conseillère municipale écolo Hélène Granouillac poursuit en proposant un plan B. Au lieu de détruire le TNN, le parti écologiste de la ville souhaite entre autres le rénover, végétaliser les façades, installer des panneaux solaires sur son toit et le relier à la coulée verte par une passerelle.

Patrick Allemand, qui a d’ailleurs lancé une pétition pour sauver le TNN, dénonce quant à lui « un timing totalement suicidaire qui va naufrager un pan entier de notre économie locale », alors que la livraison d’une nouvelle salle de théâtre n’est prévue que pour 2028 et que la destruction du TNN est prévue pour cette année.

Auguste Vérola, vice-président du département, a mentionné la subvention de 9 millions d’euros accordée par le conseil départemental pour le projet, subvention ensuite retirée. Il tente de s’expliquer : « Quand nous avions accordé 9 millions d’euros de soutien, nous ne savions pas que c’était pour les démolitions ».

Enfin l’élu du Rassemblement National Philippe Vardon a conclu en déclarant qu’il faut continuer d’agir dans toutes les directions, sur les terrains juridiques, associatifs et culturels. « Si on n’y arrive pas, je vous donne rendez-vous devant les pelleteuses. Moi j’y serai avec mon écharpe d’élu » finit-il par lâcher.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire