La cuisine niçoise fait son école

Le Centre du Patrimoine de Nice a accueilli le lancement des cours de cuisine made in Nice. Un événement en présence de Jean-Luc Gagliolo et initié par Christian Estrosi, Maire de la capitale azuréenne.

Au menu : cours de cuisine niçoise ! Le lancement de l’Atelier Cuisine Niçoise s’est déroulé ce vendredi. Le projet se compose de formations autour de la cuisine niçoise et de sa gastronomie. Les cours seront dispensés au 1, rue Jules Gilly au cœur de la Vieille Ville.

Ateliers culinaires, conférences, expositions, concours de cuisine, présentations de produits et découvertes artisanales, ce nouveau lieu consacré à l’art culinaire et à ses savoir-faire propose aux futur(e)s chefs de partager recettes de grands-mères et traditions locales. Différentes formules sont proposées aux aficionados. Ils pourront choisir entre dégustation sur place des plats confectionnés ou les emporter chez eux pour les partager avec leurs proches.

Les travaux d’aménagement de l’atelier commencent dès le mois de juin, quant aux cours, ils débuteront au mois de septembre prochain.

La cuisine niçoise pour tous

Les cours s’harmonisent autour de la saisonnalité des produits et seront diffusés sur un écran. Les séances seront dispensées par un chef résident, Franck Bermond, spécialisé en cuisine niçoise.

L’Atelier dispensera d’un vestiaire et est ouvert aux particuliers puisqu’il met à disposition sa salle de cours. L’un des objectifs est également de développer l’aspect nutritionnel avec la création d’un potager. Les EPHAD bénéficieront également de cours pour le plaisir de renouer avec les saveurs locales. Enfin, l’Atelier traverse les frontières en proposant des cours en italien et en anglais.

De la salade niçoise au projet de loi

« La cuisine niçoise, nous la défendrons pour ne pas nous en laisser déposséder », a soulevé Christian Estrosi. Ainsi, un projet de loi va être présenté à l’Assemblée Nationale pour instaurer un label quant au respect de la recette de la salade niçoise notamment et des autres recettes traditionnelles à travers le monde.

Au total, « 95% des français pensent que la gastronomie fait partie de notre identité  », a affirmé la député azuréenne, Marine Brenier. Ainsi, la loi comprendra deux volets :

1/ La volonté de créer une fondation pour la gastronomie française afin que les recettes et les appellations soient inscrites définitivement.

2/ La volonté de protéger la nouveauté avec la création d’un institut national où les nouveautés culinaires pourront être déposées par les restaurateurs et ainsi protégées.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message