Quelles sont les traditions de Noël à Nice ?

Noël est une fête dont les principales traditions sont connues de tous, cependant, certaines de ces traditions peuvent varier d’une région à l’autre et à Nice, il y a des traditions bien particulières. On vous les présente.

Le soir du 24 décembre, la tradition appelée « cacha-fuèc » veut que le plus âgé de la famille éteigne le feu dans la cheminée, le plus jeune doit alors le rallumer le lendemain. L’expression « cacha-fuèc » est maintenant utilisée pour désigner le réveillon en niçois.

Le soir du réveillon, on fait un repas maigre, « lou gros soupà », composé de sept plats sans viande avant de se rendre à la messe de minuit. Pour ce repas, trois nappes doivent être superposées et trois assiettes de lentilles ou de blé plantés dans du coton le jour de la sainte Barbe doivent être disposées sur la table. La table doit par ailleurs être décorée avec une branche de houx, mais surtout pas de gui, qui porterait malheur.

À la table, on laisse toujours une place et une assiette vide pour « lou paure » qui signifie « le pauvre » ou encore « le mort ». Cette place vide est un hommage aux défunts de la famille avec qui l’on fêtait Noël autrefois.

À la fin du repas, généralement après la messe de minuit, on déguste les 13 desserts, qui symbolisent les douze apôtres et le Christ. Parmi ces treize desserts, nous retrouvons notamment la tourte de blette, la tarte à la confiture ou encore la fougasse à la fleur d’oranger.

Le lendemain midi, le 25, le repas est composé de viande et le soir du 25, on finit les restes sur la troisième et dernière nappe de la table.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire