Ecologie en France en 2020 : quelles mesures et comment agir

Depuis le début de l'année, le gouvernement français a instauré de nouvelles mesures visant à lutter contre le bouleversement climatique qui imprègne de plus en plus notre quotidien. Ces mesures doivent permettre d'accompagner chaque citoyen vers la transition écologique. Elles concernent les modes de consommation, les méthodes de transport ou encore la sécurité sanitaire. Quelles sont les mesures prises en France et ce qui changera en 2020

Afin de lutter contre la pollution de l’environnement par les matières plastiques, l’interdiction de ces dernières s’étend désormais à de nouveaux types de produits plastiques, ceux considérés à usage uniques comme la vaisselle jetable, les gobelets, pailles ou encore cotons-tiges.

À propos du gaspillage alimentaire, c’est une pratique qui, dans le courant de l’année, devra désormais être considérée comme illégale pour les magasins et les supermarchés, suite à un amendement de la loi au sujet de l’économie circulaire et de la politique d’anti-gaspillage. Concernant le gaspillage non-alimentaire, les entreprises seront d’ici peu tenues de donner ou recycler tous leurs invendus.

La mobilité des citoyens est un autre enjeu majeur, directement liée à l’amélioration de la qualité de l’air de tous les jours. Le gouvernement, qui prévoit d’augmenter cette année de 50% ses moyens consacrés aux bonus écologiques, applique dorénavant de nouvelles normes afin de soutenir notamment l’acquisition de véhicules neufs électriques ou fonctionnant à l’hydrogène. En parallèle, les malus à destination des véhicules émettant davantage de CO2 sont renforcés ; ainsi les différents niveaux de malus ont pour la plupart doublés ou triplés (le malus maximum est désormais fixé à 20 000 € contre 10 500 € auparavant).

Le gouvernement français a également mis en place une mesure ayant comme objectif d’accroître la protection des riverains vivant à proximité de champs cultivés. Elle vise l’interdiction pure et simple de tout épandage à moins de 5 à 20 mètres des habitations, la distance étant calculée en fonction du type de culture ou de la nature des produits utilisés.

Comment agir soi-même pour la planète

Si les mesures gouvernementales écologiques prises vont dans le bon sens, chaque individu a la possibilité d’agir par lui-même, dans un premier temps à une échelle locale. Il existe de nombreux gestes simples à accomplir, si possible régulièrement, comme réguler sa consommation énergétique ou d’eau, privilégier les achats, en circuits courts, de produits de saison et qui occasionnent le moins possible de dommages à l’environnement.

Effectuer des dons à des associations luttant pour la planète constitue par ailleurs un excellent moyen d’agir individuellement. Cette belle action permet en outre de bénéficier d’une déduction d’impôt sur ces dons comme l’explique l’organisation Oxfam. Il s’agit d’une réduction d’impôt égale à 66% du total des dons effectués (celle-ci s’applique dans la limite de 20 % du revenu imposable). Faire des dons aidera les associations et organisations à lutter contre le réchauffement climatique grâce à leurs nombreuses actions en France mais aussi dans le monde.

Agir envers la planète passe également par une utilisation plus fréquente, quand cela est concevable, des transports en commun ou du vélo ; limiter les dépenses relatives aux produits électroniques est par ailleurs une solution recommandée, étant donné qu’ils représentent aujourd’hui près de 2/3 des émissions de gaz à effet de serre dues aux manières de consommer des citoyens.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message