Nice s’associe avec Édimbourg pour la sauvegarde des grands singes

La ville de Nice et celle d'Édimbourg organisent une collecte de téléphones et tablettes usagées en partenariat avec « l'Institut Jane Goodall » pour permettre de les recycler. Les fonds obtenus seront reversés à la protection des grands singes. Un conteneur en forme de planète Terre est installé au sein de Nice-Étoile pour les récupérer.

En les récoltant et les recyclant l’institut vise à protéger ces espèces vivants à la République démocratique du Congo. Les appareils électroniques du quotidien sont composés de minerais qui sont exploités dans ce pays d’Afrique. « Les téléphones portables contiennent des minéraux comme l’or, le cobalt, le tungstène, l’étain et le coltan », précise l’institut sur son site.

La RDC est un état qui abrite des zones où se trouvent ces primates et l’exploitation de ces ressources minières et leurs extractions causent des ravages dans l’habitat de ces espèces. À cela s’ajoutent des conflits entre communautés et une progression de la chasse illégale de ces singes. La revalorisation de ces appareils permet ainsi de réduire l’impact environnemental en diminuant l’utilisation de ses minéraux.

« Le fruit de cette collecte sera recyclé et les fonds qui seront obtenus seront intégralement alloués à la protection de la biodiversité dans les régions sinistrées par l’exploitation des métaux utilisés pour fabriquer nos batteries de téléphones », précise Nice-Étoile sur son site web.

D’après la page internet de « l’Institut Jane Goodall » il y aurait eu en 2020 aux alentours de 3,6 milliards de téléphones en circulation dans le monde. Il ajoute que 99% des matériaux qui les composent seraient recyclables. En moyenne la durée de vie d’un mobile est de 2 ans.

Crédit photo : Nice-Étoile / Facebook

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire