Devéloppement Durable et Cohésion Sociale : un objectif pour le futur

L’insertion est primordiale pour la croissance économique et la cohésion sociale. Il est donc essentiel de faciliter l’insertion des personnes aux marges de l’employabilité par des politiques ciblées avec notamment la montée en charge du RSA (revenu de solidarité active). La croissance verte est également une opportunité en termes de débouchés et d’emplois d’avenir. Par ailleurs, il est impératif de lutter contre la pauvreté°, qui pèse sur notre économie et compromet la cohésion sociale.

- Quelques pistes pour avancer dans la bonne direction :

Faciliter l’accès, le maintien et le retour à l’emploi des personnes
qui en sont les plus éloignées ou qui risquent de l’être
.

- Réduire les inégalités territoriales dans le respect de la diversité.

Pour favoriser l’inclusion, il faut réduire les inégalités d’accès aux droits fondamentaux et veiller au maintien d’un équilibre entre les territoires en ce qui concerne le service public et les accès aux prestations.
La territorialisation des politiques d’insertion sera poursuivie aux niveaux les mieux adaptés : la région et le département pour la programmation des moyens, les bassins d’emplois pour leur mise en oeuvre.

Anticiper les effets des changements démographiques
et développer la solidarité intergénérationnelle

L’allongement de la durée de vie, le vieillissement démographique, les difficultés d’accès des jeunes à l’emploi appellent à une réflexion globale sur la solidarité intergénérationnelle.

D’un côté, les jeunes doivent être aidés pour trouver leur place dans la société par des mesures diverses d’aides à l’emploi et à la formation.

De l’autre, les seniors doivent bénéficier de conditions de travail satisfaisantes et d’un système de pension pérenne à l’âge de la retraite.

Enfin, les services à la personne seront développés pour mieux prendre en charge la dépendance.

Favoriser l’intégration, y compris culturelle, des travailleurs migrants et de leurs familles

Après l’adoption à l’unanimité du pacte européen sur l’immigration et l’asile en octobre 2008, les 27 États membres ont fixé des objectifs et un calendrier communs, fondés sur trois priorités : la maîtrise de la langue du pays d’accueil, la connaissance et la pratique des valeurs du pays, l’accés à l’emploi.

°Pauvreté monétaire

Pour appréhender l’objectif de cohésion sociale, central dans le concept de développement durable, il faut prendre en compte les inégalités de revenus et, en amont, les inégalités d’accès à l’emploi et à l’éducation.

Le principal indicateur mobilisé à cet effet est le taux de pauvreté monétaire après transferts sociaux, c’est-à-dire la part des personnes dont le niveau de vie (revenu disponible une fois pris en compte impôts et prestations sociales et compte tenu de la composition du ménage) est inférieur à 60 % du niveau de vie médian.

La pauvreté monétaire ainsi définie touche 13 % des personnes en France en 2008. La moyenne européenne se situe à 17 %.

source : Centre d’Analyse Stratégique (CAS)

Partager

Laisser un commentaire