Les femmes travaillent gratuitement à partir d’aujourd’hui

Avec le calcul annuel du collectif féministe « Les Glorieuses », depuis ce mercredi à 9h22, les femmes "travaillent gratuitement". En cause, les inégalités salariales homme-femme.

Le constat de l’année 2021 est sans appel : 16,5 % d’écart salarial. Une différence qui tend à s’accroître lorsque l’on compare les chiffres des années précédentes. 15,5 % l’an dernier, avec une date déterminée alors au 4 novembre à 16 h 16.

Rebecca Amsellem l’économiste qui a créé les « Glorieuses » s’adresse directement aux candidats aux élections présidentielles afin de faire passer ses propositions politiques.
Elle souhaite appliquer par exemple, le principe d’éga-conditionnalité.
C’est-à-dire donner accès aux marchés publics, à l’obtention des subventions publiques et aux prêts garantis par l’État à condition que les entreprises prouvent qu’elles respectent l’égalité de rémunération entre les sexes dans leurs organisations. « Cette première mesure, qui ne coûte rien de plus à l’État, permet de s’assurer que le budget alloué par les fonds publics n’accentue pas les inégalités », précise la pétition des Glorieuses.

"L’inégalité salariale se creuse" déplore Rebecca Amsellem.
Il importe également de "revaloriser les salaires des emplois où les femmes sont les plus nombreuses". Chez les infirmières et les sages-femmes notamment, insistent les "Glorieuses", qui plaident par ailleurs pour que le congé paternité dure aussi longtemps que le congé maternité.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire