Cigarette électronique : une solution pour arrêter de fumer ?

Le tabac est un problème sociétal qui dure depuis des années. Cancers, problèmes respiratoires, dégradations corporelles. Moins chères et annoncées moins dangereuses, la cigarette électronique semble être la bonne alternative. Avec différents goûts et un niveau de nicotine réglables, elles permettraient une amélioration de la santé des fumeurs.

“ Comment j’ai fait pour fumer pendant 40 ans. ” Jean Claude Rousseau, 67 ans, tient un magasin de cigarette électronique sur la place Garibaldi. L’ancien fumeur a changé ses Marlboro en un appareil électronique qui cartonne depuis 2010. Selon France vapotage, avec l’apparition de ces E-cigarettes, près de 1,6 millions de Français ont arrêté de fumer. Derrière une plaque en plexiglas, le commerçant revient sur les bienfaits de la cigarette électronique : “ Depuis que je me suis mis à la cigarette électronique, le souffle revient petit à petit, la matinée les problèmes de toux sont diminués et l’odeur de la cigarette à disparu. C’est un plaisir. “ En plus d’être bénéfique sur le physique, c’est surtout au niveau économique qu’elle est avantageuse nous confirme Guillaume Faure, 27 ans : “ Quand je fumais, je m’achetais une cartouche à chaque semaine. Je me suis retrouvé avec un compte en banque vide et c’est en partie à cause de la cigarette. Aujourd’hui, les goûts me tiennent plus longtemps et j’arrive à mieux gérer mon argent. “

Réduction économique, meilleure hygiène de vie, mais est ce que la cigarette électronique est moins dangereuse que le tabac “ traditionnel “ ? Selon l’agence de santé publique anglaise, les vapoteuses seraient 95 % moins nocives que les cigarettes. Un médecin généraliste de Nice, qui souhaite rester anonyme, explique : “ le gros avantage des cigarettes électroniques, c’est que ce n’est pas de la fumée inhalée, c’est de la vapeur. Le tabac qui est présent dans les cigarettes contient plus de 80 substances cancérigènes. “ Chaque année en France, il y a plus de 18 000 décès de maladie cardiovasculaire liée au tabac. Des études ont prouvé que pour l’instant, il n’existait pas encore de lien entre ces maladies et les cigarettes électroniques. La cigarette électronique représente tout de même plusieurs risques. La dépendance, la présence de substances cancérigènes dans certains des produits, etc. Mais à titre personnel, je pense que c’est moins nocif que toutes les substances que l’on peut trouver dans le tabac. “ Conclut le médecin.

Solution insuffisante

Malgré de nombreux avantages, les vapoteuses ne conviennent pas à tout le monde : “ Ce n’est pas assez fort pour moi. J’ai beau augmenter le taux de nicotine, je n’arrive pas à me satisfaire avec ça " explique Magalie Chauvin, 40 ans. Assis sur un banc de la place Garibaldi, Jack Coletti n’arrive pas à combler son manque : “ Pour moi, c’est juste un complément. Je continue d’acheter des clopes. J’ai mes petits rituels que la cigarette électronique ne comble pas.” Pour Nathalie Ascensao Da Sousa, le problème est différent : ” Ce n’est pas tant la nicotine qui me manque. J’ai l’impression d’avoir supprimé une dépendance, mais qu’une nouvelle s’est créée… “ Même si la popularité de la cigarette 2.0 augmente chaque année, le taux de mortalité est toujours aussi élevé, plus de 8 millions de morts par an selon l’organisation mondiale de la santé.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire