Covid-19 : ce que l’on sait du nouveau variant brésilien P1

Après l'apparition des différents variants du Covid-19, à l'image du britannique, du sud-africain ou encore du breton, voici le variant brésilien P1, plus contagieux et qui suscite de nombreuses inquiétudes au sein de la population mondiale.

Plus contagieux, le variant brésilien P1 reste encore inconnu mais il soulève de nombreuses inquiétudes qui ont amené à de lourdes conséquences ainsi que de nouvelle mesures politiques. Par exemple, le gouvernement français à récemment suspendu les vols depuis la France et vers le Brésil et ce jusqu’à nouvel ordre.

L’apparition d’un variant plus contagieux

Emergé en décembre dernier dans la région de Manaus (Amazonie), le variant brésilien n’a été identifié pour la première fois comme un nouveau variant qu’en janvier, au Japon, chez des voyageurs ayant séjourné dans les zones du nord du Brésil.

Comme son homologue sud-africain, le brésilien est porteur de la mutation E484K qui peut entraîner plus de réinfections que les autres souches. Plusieurs délétion sont présents dans la protéine Spike, celle par laquelle le virus pénètre dans les cellules pour les infecter.

"C’est un peu comme si c’était un passe-partout qui arrive à ouvrir plusieurs serrures à la fois." explique Jesem Orellana, chercheur de l’institut Fiocruz, à l’AFP. "Et d’un point de vue épidémiologique, ce variant est plus à même de déstabiliser des régions où il y a peu de contrôle de la circulation du virus, causant la saturation des hôpitaux." ajoute-t-il.

Dangereux mais pas forcément plus mortel

Malgré son statut de variant du Covid-19, aucune étude concluante n’a encore été publiée pour attester que le variant P1 serait plus mortel que les autres. Un plus grand nombre d’anticorps serait tout de même nécessaire pour lui résister.

D’après certaines études, Jesem Orellana a remarqué que le variant P1 n’avait pas entraîné un taux de mortalité supérieur chez les patients hospitalisés à Manaus, par rapport au pic de la première vague d’épidémie, en avril dernier.

La situation sanitaire au Brésil

Si le nombre de victimes et de cas contacts a explosé au Brésil ces dernières semaines, c’est à cause de la saturation des hôpitaux, "parce que ce variant est plus contagieux, mais aussi à cause d’un relâchement de la population, qui adhère moins aux mesures de restriction."

La variant P1 reste dangereux mais pas plus que les autres. Même s’il s’est répandue sur l’ensemble du territoire brésilien, il est impossible de déterminer son pourcentage dans les contaminations liées au Covid-19.

D’après la microbiologiste brésilienne, Natália Pasternak, la meilleure solution pour éviter que la situation ne s’aggrave d’avantage, ce serait de pouvoir "allier confinement et vaccination de masse" au Brésil qui est devenu "un laboratoire à variants à ciel ouvert" selon Orellana.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Rédacteur

Laisser un commentaire