Le Centre Antoine Lacassagne se dote d’un scanner 3D, technologie innovante pour le traitement des cancers

Le vendredi 4 février, à l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, le Centre Antoine Lacassagne a organisé une visite de son scanner 3D intégré faible dose, en service depuis décembre 2021. L’élu départemental Eric Ciotti et Charles-Ange Ginésy, président du département des Alpes-Maritimes, étaient notamment de la partie.

« Le cancer est un fléau qui touche chaque année en France 382.000 personnes et qui a emporté 157.400 de nos concitoyens en 2018 », Eric Ciotti, lors de la visite du scanner 3D intégré.

La France compte trois centres de protonthérapie : un à Caen, un à Orsay et un à Nice. Ce dernier, le centre Antoine Lacassagne, est le seul à être doté d’un scanner 3D faible dose système « Cone Beam CT ». Concrètement, il s’agit d’un système qui permet un contrôle accru du positionnement de la tumeur pendant le traitement.


Le scanner 3D intégré du centre Antoine Lacassagne.

Le scanner permet également d’augmenter les indications innovantes en protonthérapie et permet ainsi de traiter plus de patients. La protonthérapie est une forme de radiographie de précision, elle permet de traiter le cancer, comme peuvent le faire la chimiothérapie ou la chirurgie. Elle a l’avantage d’utiliser des faisceaux de protons qui viennent se poser sur la tumeur, et irradient très peu au-delà. Résultat : sa précision permet de traiter des tumeurs à proximité d’organes sensibles et particulièrement chez les enfants.

Ce scanner 3D est le lauréat du 11e appel à projet santé de 2019 lancé par le département des Alpes-Maritimes. Il est d’ailleurs financé à hauteur de 50% par le département, soit 437.500€. Le centre Antoine Lacassagne a déjà été récompensé pour 23 projets liés au dépistage et au traitement du cancer.

« À l’occasion de la Journée Mondiale contre le Cancer il est important de rappeler que le cancer est la première cause de mortalité en France mais que l’on fait des avancées indéniables dans la recherche et les traitements : immunothérapie, protonthérapie… En France, et dans les Alpes Maritimes en particulier, nous avons la chance d’être bien soignés avec des acteurs qui s’engagent. » a déclaré Emmanuel Barranger, directeur général du centre Antoine Lacassagne.


De gauche à droite : Thierry Pattou, président du comité des Alpes-Maritimes de la Ligue contre le cancer, Thierry Piche, chargé de mission santé auprès du président du département des Alpes-maritimes.
De droite à gauche : Pierre-Yves Bondiau, chef du département de radiothérapie du Centre Antoine Lacassagne, Emmanuel Barranger, directeur général du Centre Antoine Lacassagne, Eric Ciotti, président de la commission des finances du département, Charles-Ange Ginésy, président du département.

« Le soutien de la recherche et des équipes qui luttent au quotidien contre ce fléau est primordial. Le Département, collectivité des solidarités, en a fait l’une de ses priorités, en soutenant avec force et constance le Centre Antoine-Lacassagne et la Ligue contre le cancer. Ensemble, nous faisons progresser la recherche pour proposer aux Maralpins des soins à la pointe de la modernité », a ajouté Charles-Ange Ginésy.

À l’automne 2022, l’institut Axel Kahn ouvrira ses portes, provisoirement au 3 rue Alfred-Mortier à Nice, avant de trouver un lieu qui puisse accueillir l’ensemble des offres de l’institut. Cet institut départemental de lutte contre le cancer, financé par le département des Alpes-Maritimes, en association avec le Centre Antoine Lacassagne et la Ligue contre le Cancer, permettra d’accompagner chaque malade et son entourage. Il proposera une offre de soins personnalisée et globale.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire