Paxlovid : un médicament à double tranchant

Un traitement anti-covid arrive en France. Les autorités ont autorisé la mise en vente du Paxlovid, un médicament du laboratoire Pfizer. Les pharmaciens sont tout de même sceptiques face à l’apparition de ce nouveau traitement.

Les hôpitaux soulagés ? C’est la promesse du nouveau remède créé par Pfizer. Avec l’apparition de nouveaux variants et les vagues épidémiques qui touchent de plus en plus de personnes, les scientifiques et gouvernements cherchent des solutions pour combattre cette épidémie. Le Paxlovid est un soin qui permet de réduire les formes graves de Covid 19. C’est ce qu’explique Claire Marchand, 30 ans pharmacienne : “ c’est un traitement sous forme de 3 comprimés à prendre séparément. L’objectif du Paxlovid est de s’attaquer à l’enzyme qui permet la multiplication du virus afin de réduire le développement de la maladie. “ Depuis l’accord de la Haute autorité de santé, qui a donné son feu vert à la commercialisation des cachets, plus de 500 000 doses ont été commandées. Les bénéficiaires de ce médicament sont en priorité, “ les adultes atteints de Covid 19, ne nécessitant pas d’oxygénothérapie et à risque élevé d’évolution d’une forme grave de la maladie. “ En revanche, même si ce procédé reste une alternative contre cette pandémie et ces variants, le plan vaccinal reste la solution la plus efficace contre ce virus : “ Ce traitement curatif est efficace pour les personnes à risques. Ceux pour qui le vaccin n’est pas assez efficace. Il faut comprendre que ce n’est pas une solution immunitaire, mais un réducteur d’effets “ confie Mélanie Vialaney, pharmacienne de 30 ans.

Des effets secondaires problématiques

Comme tout médicament, des zones d’ombre sont présentées sur des possibles effets secondaires que peuvent rencontrer les patients. La Haute autorité de santé a tout de même prévenu, que dans certains cas, la prise de ces cachets est fortement déconseillée. C’est ce qu’explique Mélanie : “ On ne connaît pas vraiment les répercussions, car c’est un médicament qui n’est pas encore présent dans les pharmacies. Mais d’après les instructions qu’on nous a données, il faut éviter ce palliatif pour les personnes qui ont des insuffisances hépatiques ou rénales, les personnes qui ont d’autres soins en parallèle et les femmes enceintes. “ D’après l’étude menée par Pfizer sur son traitement, 1,7 % des patients ont dû abandonner le traitement à cause d’effets secondaires aggravés. D’autres phénomènes ont été constatés comme des diarrhées, des maux de tête, des nausées, des vomissements, des éruptions cutanées et des irritations de la gorge.
L’entrée de ce médicament sur le marché ne rassure pas les pharmaciens, qui ont encore des doutes sur son efficacité. “ Il peut à tout moment émerger un nouveau variant qui rendrait ce médicament obsolète. On ne sait pas non plus comment les clients vont réagir à ces cachets. Je m’attends à beaucoup de retours “ exprime Claire. “ Il faut prendre en compte l’avis des personnes concernées par ce traitement. Avec toutes les fake news et toutes les théories du complot qu’on entend à droite et à gauche, je ne saurais dire si les gens utiliseront cette alternative. “

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire