Alexia Barrier boucle son Vendée Globe en 111 jours 17 heures et 3 minutes

C'est dans d'immenses cris de joie qu'Alexia Barrier est arrivée au port des Sables d'Olone au petit matin après plus de trois mois et demi de course en solitaire. Si le chenal n'était pas aussi remplie qu'à l'accoutumée du fait de l’horaire encore plus matinal que prévu (7h23), l'ambiance était des plus joyeuses à bord de TSE-4myplanet.

Comme un symbole elle aura attendu le levé du soleil en ce petit matin du dernier jour de février pour franchir à son tour la ligne d’arrivée en 24e position de ce Vendée Globe. Alexia Barrier se classe 4e femme au classement général en bouclant son tour du monde en 111 jours 17 heures et 3 minutes, loin de son objectif initial mais peu importe ! Son sourire, qu’elle n’a jamais perdu tout au long de l’aventure, était plus que jamais présent au moment de voir débarquer la foule de bateaux autour du "Pingouin".

Un immense soulagement on l’imagine pour la Maralpine qui est passée par toutes les émotions pour sa première participation. L’excitation et la précipitation avant le départ, puis la peur au moment de son miraculeux et sans conséquences, démâtage le soir de Nöel puis enfin la douleur après sa chute de la semaine dernière qui va l’obliger à passer par la case hôpital pour un examen du dos.

La famille, les amies et l’histoire

Au moment de débarquer non sans mal de son IMOCA, bien aidée par son corsé apporté par le médecin de la course, le docteur Chauve, quelques minutes après la ligne d’arrivée franchît, Alexia Barrier a été accueilli par plusieurs skippers comme Samantha Davies, Romain Attanasio, Manuel Cousin, Jean-Pierre Dick (quatre Vendée Globe au compteur dont une 4e place en 2017) et surtout Catherine Chabaud. La première femme à avoir réussi à réaliser ce tour du monde en solitaire il y a 22 ans avec ce même bateau. Une belle image que de voir ce passage de témoin remplie d’histoire, le tout devant le "Pingouin" qui devrait avoir droit à une retraite bien méritée !

Puis c’est avec émotion sur le titre "The low budget men", là encore tout un symbole, qu’elle s’est dirigée vers son clan, acclamée par son équipe, sa famille et ses amies vêtues d’une perruque rose. Une belle histoire qui prend fin donc mais l’aventure est loin d’être terminée puisque à peine les micros des journalistes sur place tendues, l’Azuréenne a assuré qu’elle était d’attaque pour 2024 avec un projet plus abouti. Preuve de son abnégation et sa passion pour ce sport. Bravo Alexia !

Crédit photo : Yvan Zedda / Alea / Vendée Globe

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire