Le Musée National du Sport de Nice rend hommage à René Vietto

Hier au Musée National du Sport, Julien Camy, journaliste et réalisateur d'un film sur René Vietto, dressait un portrait de ce champion déchu, qui a aimé le vélo jusqu'à l'amputation.

René Vietto, c’est un peu le "champion des losers". Même si encore aujourd’hui, il a laissé une trace indélébile dans l’histoire du cyclisme français (considéré comme le cycliste emblématique des années 30 et 40). Il est le français ayant eu le plus de temps le maillot jaune dans l’histoire, sans même avoir remporté le Tour de France une seule fois. Ce qui constitue peut-être l’une des plus grandes déceptions de sa vie.

René Vietto est né le 17 février 1914 au Cannet (06). Dans sa jeunesse, il travaille au côté de sa mère comme cueilleur de fleurs. Il arrête l’école à 13 ans et aide sa mère pour la livraison de son épicerie. C’est à ce moment qui développe une réelle "passion" pour le vélo. Peut-être dû à un manque à combler. Il l’affirme lors d’une interview : "j’ai trouvé un vélo posé, je l’ai pris et je suis aller jusqu’à Toulon. C’est la police qui m’a ramené, dans un état lamentable". Dès son plus jeune âge, il prend goût pour les longs trajets.

Le grand bain

Il s’inscrit donc à l’Etoile Sportive de Cannes, et il remporte sa première course en mars 1931 : La boucle de Sospel, alors qu’il est toujours âgé de 16 ans. A cette époque, le sud-est, est une "terre de cyclisme". Il se lance donc tout de suite dans le grand bain en remportant le Grand Prix de Cannes, en 1932. Et il s’affirme comme un futur champion. Il veut ressembler à son idole : Alfredo Binda. Un an plus tard, il est sélectionné pour son premier Giro, où il termina 18è, tout en admirant son idole le remporter pour la 5è fois. Après ça, il montre son envie d’amélioration et d’aller toujours plus loin. Il sait qu’il lui faut "un style" sur le vélo, "il faut être beau sur le vélo" disait-il.

C’est en 1934 qu’il fait sa première apparition au Tour de France. Où il gagne beaucoup d’étapes, dont celle de Cannes, où il sera le "Héros du Jour", dans sa ville natale. A partir de là, sa notoriété ne cesse de monter en flèche. Lui, le "grimpeur ailé", le "Roi des Alpes", puis des Pyrénées. Avec une telle allure sur son vélo. Mais dans ces Pyrénées, il laissera des peaux cassées, contraint de se sacrifier pour Antonin Magne, leader de son équipe et vainqueur cette année-là. La photo du bord de la rue, où Vietto pleure, personne ne l’a manqué. Comme si tout le monde s’était mis à sa place. Et c’est à partir de ce moment-là qu’il devient célèbre.

Il devient le "petit chouchou". Malgré de nombreux problèmes physiques, il gagne le Paris-Nice, en 1935. Mais son obsession du maillot jaune, le hante. Il veut le porter sur les Champs-Elysées. Lors du Tour 1939, il passe à côté, d’un fil. Maillot jaune pendant 11 jours, il craque lors de la 15è étape. Il termine alors deuxième. L’année d’après, la guerre empêche René Vietto, de remonter sur son vélo, pour affronter les cols français.

Le maillot jaune à tout prix

Durant la guerre, il travaille dans une usine de vélo, grâce auquel il va traverser toute la France. "Les gens disent qu’il a traversé la France, sans jamais rien payer, juste grâce à sa notoriété" selon Julien Camy. Mais au-delà du sport, il réfléchit au cyclisme de demain et pense à l’innovation. Il est même le premier coureur, à poser sa gourde sur la cadre, et non sur le guidon (question d’équilibrage à laquelle il avait pensé). C’est un homme avec beaucoup d’inventivité, mais qui ne pense qu’à une seule chose : remporter le Tour de France.

C’est en 1947, que la Grande Boucle fait son grand retour. Tout le monde attend la victoire de Vietto. Dès la 2è étape, il s’empare du maillot jaune, après sa victoire à Bruxelles. Il le garde la plupart du Tour, mais s’effondre au contre-la-montre, lors de la 19è étape et perd tout espoir de le remporter. Il était écrit, que le "Roi du Tour" ne le gagnerait jamais.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message