Saint-Laurent du Var, Terre de Jeux en 2024

C'est dans le dojo Hervé Allari de Saint-Laurent-du-Var que la très bonne nouvelle a été annoncée. La ville a l'immense honneur de faire partie de la communauté "Terre de Jeux 2024". La structure laurentine a été retenue pour les sports de combat suivants : le taekwondo, le judo et la lutte.

Dans moins de quatre ans flottera le drapeau olympique sur la commune azuréenne et sur le dojo Hervé Allari. Tout cela grâce à un projet commencé il y a deux ans par les présidents : Jean-Noël Bahaderian (lutte), José Allari (judo), et la mairie de la ville Gilles Allari (adjoint sport), Sébastien Soucasse (chef du service des sports) et le maire Joseph Segura. Nous vous avons sélectionné les grandes lignes de cette journée historique pour le sport laurentin.

« C’est pour nous une fierté et un honneur. Cela récompense tout le travail que nous faisons maintenant avec les associations. Un vrai travail de partenariat a été fait avec celles qui représentent la communauté de Saint-Laurent-du-Var. Au final c’est trois d’entre elles (sur 35) qui ont été retenus. L’éclairage qui se fera sur ces trois sports se fera aussi sur la commune. L’art martial est une fierté pour la ville azuréenne qui compte dans ses rangs de nombreux athlètes ayant rayonné aux niveaux national et international. Cette élection récompense plus de 40 ans d’existence et de formation de champions. » Joseph Segura

"Notre infrastructure est l’une des plus belles de France, donc on s’est dit pourquoi ne pas postuler pour ce dojo. La très bonne nouvelle est tombée le 20 novembre du CIO (Comité International Olympique). C’est une super vitrine pour Saint-Laurent-du-Var. Nous espérons maintenant qu’une ou plusieurs délégations décideront de venir s’entrainer chez nous. La France restera surement sur Paris mais si on peut avoir des grandes nations comme les Russes et les Japonais ça serait fabuleux." Gilles Allari

"Le but n’est pas de déconnecter le plus haut niveau de ce qui fait le sport aujourd’hui qui est, le sport de masse et les plus jeunes. L’enjeu est que les amateurs des communes puissent observer le gratin olympique. L’obtention de ce label nous permet d’apparaitre sur le catalogue des infrastructures qui peuvent accueillir ces activités. Par la suite les comités vont ensuite choisir où ils iront s’entrainer et préparer les jeux. Nos atouts sont que l’on est à proximité de l’aéroport et dans un cadre privilégié. Je pense que nos atouts sont importants pour séduire les grandes institutions. L’obtention de ce label est une reconnaissance pour ces associations et ces bénévoles qui sont présents au quotidien malgré les temps difficiles." Sébastien Soucasse

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire