Vendée Globe : Alexia Barrier à deux doigts de l’abandon !

Il y a de quoi croire aux miracles de Noël ! C'est en tout cas une jolie frayeur que s'est faite Alexia Barrier à bord de TSE-4myplanet lorsque son mat s'est plié à 90°C durant une manœuvre ! Beaucoup auraient cassé mais le vieux IMOCA résiste tant bien que mal. L'histoire, c'est elle qui la raconte le mieux :

"On n’en a pas trop parlé parce qu’en fait j’attendais d’en savoir plus sur l’état de mon mat. J’allais prendre mon deuxième ris et j’ai la poulie de bastaque qui a pété. Le mat est parti à 90°C vers l’avant et puis il est revenu, il s’est remis droit. J’ai très rapidement enroulé mon J2 (deuxième voile) et empanné. J’ai eu super peur, c’est pour cela que j’ai fait un peu de chemin vers le nord, le temps de réparer la poulie de bastaque et me donner le temps de contrôler un peu le mat. Je ne pouvais pas y monter parce qu’il avait trop de vagues. Du coup, j’ai bricolé un mat traveler comme au cinéma pour monter le long du rail et filmer avec ma Go Pro et voir un peu les dommages potentiels, puis j’ai ré-empanné toujours sans mettre beaucoup de toile le temps de voir si mon bricolage tient bien. Mon mat, c’est un vieux mat mais c’est un roseau qui ploie mais ce brise pas, c’est la bonne nouvelle.

J’attends d’avoir des conditions un peu plus cool pour monter vérifier ce que la caméra m’a montré mais il n’y a pas de dommages collatéraux et à priori pas trop d’inquiétudes à avoir. Depuis trois jours je suis en mode observation, écoute, je colle mon oreille au mat pour écouter s’il y a des bruits suspects. Ça prend un peu de temps pour reprendre confiance mais ça va tout va bien.

C’est le mat de Marc Thiercelin donc il n’est pas tout jeune non plus. L’équipe à terre a appelé quelques experts que ce soit les architectes, des navigateurs qui ont fait quelques Vendée Globe, des gens qui connaissent bien le sujet pour avoir leurs avis et il est assez unanime pour dire que c’est mat costaud qui peut apparemment plier sans être blessé. Mais c’est fou le mat est parti à 90°C et il est revenue en deux ou trois secondes comme si de rien n’était, c’est incroyable. J’ai beaucoup dormi mais j’ai du mal à manger dans les 24 heures qui ont suivi cette mésaventure."

Photo : Lou Kevin Roquais/Air Vide et Eau

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire