Vendée Globe : Alexia Barrier manque la depression

Sixième jour de course pour les marins de ce 9e Vendée Globe. Alors que les premiers concurrents ont creusé l'écart avec le reste de la flotte, derrière c'est la pétole !

Alors que le peloton de tête mené par l’expérimenté Jean Le Cam fait route à toute allure vers l’Alizé, derrière c’est un peu la soupe à la grimace. "Toujours dans le vent faible au large des Açores alors que devant ça déboule. Ce n’est pas facile, les vagues sont plus fortes que le vent donc les voiles claquent. Par contre j’ai l’impression que je vois bientôt le bout du tunnel, le vent a l’air plus stable. Jusqu’à là, l’instabilité m’empêcher vraiment de me reposer, car il y avait beaucoup de manœuvres pour essayer de suivre la moindre petite risée. Mais je ne vais pas crier victoire trop vite, j’espère vraiment que le vent revient et que je vais pouvoir faire route vers le sud comme les autres, expliquait Alexia hier.

Un phénomène que connaît l’ensemble de l’arrière du peloton. "Le couloir de vent entre la dépression et le front au-dessus s’est quasiment cassé, décrypte Christian Dumard, le météorologue du Vendée Globe. Ils sont au cœur d’une zone sans vent et derrière, il y a la -molle- qui revient. Ça ne va pas être très réjouissant."

Toujours est-il que la Maralpine en a profité pour réparer son dessalinisateur d’eau tombé en panne. L’opération a donc bien réussi et son CAP plomberie en poche, Alexia Barrier espère retrouver des conditions un peu plus favorable dans les prochaines heures ! Actuellement en 28e position, il lui reste encore plus de 43 000 km de course avant de rallier l’arrivée.

Photo : Lou Kevin Roquais/Air Vide et Eau

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire