Vendée Globe : Alexia Barrier remet de la voile

Les problèmes semblent réglés à bord de TSE-4myplanet. Près d'une semaine après le "presque" démâtage de son bateau, la Maralpine retrouve la confiance petit à petit.

Qu’elle est longue cette traversée de l’Australie. Interminable même devait penser Alexia Barrier, seul en train de surveiller son mât récalcitrant. Mais désormais, après avoir terminé toutes les vérifications techniques, la confiance semble revenir doucement mais sûrement. "J’ai passé la journée sous grand gennaker, dans un vent et une mer assez doux, mon mât s’est bien comporté. Très bonne première journée pour 2021", confiait l’Azuréenne.

Souhaitons que ça dure mais Alexia a dû sortir sa boite à outil pour assurer sa sécurité sur son "Pingouin" comme elle surnomme son monocoque : "suite à la casse de la bastaque, j’ai passé beaucoup de temps à chercher des moyens pour regarder ce qu’il se passait dans le mât sans monter car il y a quand même des grosses vagues. J’ai donc construit un “mast traveller” qui m’a permis de mettre une caméra le long du mât pour pouvoir l’ausculter. Il n’y a pas de dommages apparents donc j’ai renvoyé mon grand gennaker. J’adore 2021 pour l’instant, j’ai 15 nœuds de vent et ça fait du bien ! Je sais qu’un gros coup de vent est annoncé devant moi pour dans une semaine donc je profite de ce calme relatif. C’est assez chouette. J’ai besoin de refaire confiance dans mon mât, dans la réparation, donc le fait d’avoir renvoyé le grand gennaker dans ce temps c’est génial, ça me permet d’observer mes bricolages."

La confiance regagnée, il va donc falloir repenser stratégie pour affronter cette nouvelle dépression en approche. Si les concurrents devant elle ont fait le choix de continuer à longer la zone d’exclusion, Alexia Barrier semble s’orienter vers un cap plus nord, mais rien n’est encore arrêté et l’évolution des conditions météos lui permettra d’entériner son choix en début de semaine prochaine. Juste le temps de s’assurer une bonne fois pour toute de la solidité de son mât.

Photo : Lou Kevin Roquais/Air Vide et Eau

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire